GARDANO GRAND COUNCERT DE L’ACADÉMIE DU TAMBOURIN »

« L’Académie du Tambourin  » à Gardano

dins lou cadre dóu

5en Festenau di Parlaren de l’Estello 

Lou 5en Festenau dis Assouciacioun Parlaren de la Cadeno de l’Estello (Parlaren Alau, Parlaren Sant-Savournin, Parlaren Peipin, Parlaren Massilia, Parlaren Gardano) s’acabara em’uno plaço di grosso à la musico emé un councert de « L’ Académie du Tambourin »  lou 2 d’Óutobre .

PROUGRAMO

 

Gardano, dimenche 2 d’ Óutobre

À tres ouro de l’après-dina

Salo de l’Oustau dóu Pople

Councert de 

« L’ACADÉMIE DU TAMBOURIN »

12 VIRTUOSO

emé

MAURISE GUIS

Intrado d’à gràtis

_______________________________

Roumié Marcengo

Souto-Presidènt de la  Federacioun Parlaren BdR

Souto-Presidènt de la Couourdinacioun Parlaren

Proumié-Conse de Sant-Savournin

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

COUS DE CULTURO E CIVILISACIOUN PROUVENÇALO À L’UNIVERSITA D’AVIGNOUN

Année 2016-2017

Université d’Avignon et pays de Vaucluse

 Cours de culture provençale

 

À l’Université d’Avignon et pays de Vaucluse, pour tous les étudiants des 3 premières années, sont ouverts des cours de culture provençale (histoire de Provence et littérature de langue provençale) 

 Ces cours font partie des matières optionnelles appelées UEO (3 crédits).

 Une  matière optionnelle (UEO) par semestre est obligatoire pour tous les étudiants des 3 premières années quelle que soit leur filière d’étude (lettres, droit, sciences etc…)

 

Les inscriptions sont encore ouvertes pour le 1er Semestre, Les cours se font en français, tous les lundis, de 18h30 à 20h, salle 2EO2

______________________________________________________________________________

Councert de tambourin en sòlus de Maurise Guis, lou 8 de Nouvèmbre, à Z’ais

Councert de tambourin en sòlus  de Maurise Guis,  lou 8 de nouvèmbre, à 7 ouro dóu vespre , au Tèmple de la carriero de la Masso à-z-Ais.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Grand councert de « L’Académie du Tambourin » lou 16 d’Óutobre à Z’Ais de Prouvènço

 

Councert de « L’Académie du Tambourin à  Z’Ais de Prouvènço

Pèr festeja Santo Tereso d’Àvila, « L’Académie du Tambourin » sara en councert, lou dimenche 16 d’Óutobre à la glèiso Sant-Jan de Malto (messo à 10 ouro 30 e councert à 4 ouro de l’après-dina).

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 

« L’Académie du Tambourin » emé la Couourdinacioun Parlaren à Simiano-la-Routoundo (04)

7en Festenau de la Federacioun
Parlaren Aup de Prouvènço (04)

Lou 7en Festenau de la Federacioun Parlaren Aup de Prouvènço, s’acabara lou dissate 24 d’Óutobre em’un grand councert de « L’Académie du Tambourin »

Prougramo

à Simiano-la-Routoundo

Emé l’ajudo souleto de la coumuno de Simiano e dóu Counsèu Regiounau

Dissate 24 de setèmbre

À tres ouro de l’après-dina
Salo di Fèsto
Councert de

« L’Académie du Tambourin »

12 virtuoso, emé

Maurise Guis.
Intrado d’à gràtis

Brunoun Thomas

Presidènt de la Federacioun Parlaren lis Aup (04)

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« L’Académie du Tambourin » emé la Couourdinacioun Parlaren à Gardano

« L’Académie du Tambourin  » à Gardano

dins lou cadre dóu

5en Festenau di Parlaren de l’Estello 

Lou 5en Festenau dis Assouciacioun Parlaren de la Cadeno de l’Estello (Parlaren Alau, Parlaren Sant-Savournin, Parlaren Peipin, Parlaren Massilia, Parlaren Gardano) s’acabara em’uno plaço di grosso à la musico emé un councert de « L’ Académie du Tambourin »  lou 2 d’Óutobre .

 

PROUGRAMO

Gardano, dimenche 2 d’ Óutobre

À tres ouro de l’après-dina

Salo de l’Oustau dóu Pople

Councert de 

« L’ACADÉMIE DU TAMBOURIN »

12 VIRTUOSO

emé

MAURISE GUIS

Intrado d’à gràtis

_______________________________

Roumié Marcengo

Souto-Presidènt de la  Federacioun Parlaren BdR

Souto-Presidènt de la Couourdinacioun Parlaren

Proumié-Conse de Sant-Savournin

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

11enco Fèsto Medievalo e Prouvençalo di Carme : 9, 10, 11 de Setèmbre Avignoun

11enco Fèsto Medievalo e Prouvençalo di Carme
Li 9, 10, 11 de setèmbre
Avignoun

10en Coulòqui de culturo prouvençalo d’Avignoun
Ourganisa pèr l’Assouciacioun Carnot-Carmes-Saint Lazare.
Couourganisa pèr la Couourdinacioun Generalo Parlaren, Parlaren « Intra-Muros » d’Avignoun.

Lou coulòqui se fai lou divèndre 9 de setèmbre, à 2 ouro de l’après-dina, à l’Oustau « Manon » (toucant li clastro di Carme), plaço di Carme, Avignoun. Intrado d’à gràtis, li coumunicacioun soun en francés. Entre-signe au 07 86 64 67 90.
Secretàri ourganisarello Oudilo Delmas (lou coulòqui se fai en francés)

Prougramo

Bernadetto Rey-Flaud Alphandéry, proufessour « émérite » dis Universita (Universita d’Avignoun e di Païs de Vau-Cluso) :

« Le théâtre des mystères au Moyen-Age ».

Roumié Venture, istourian dóu fóuclore prouvençau, dóutour en musicoulougìo, souto-president dóu Couleitiéu Prouvènço :

« Sang et or, le drapeau provençal venu du Moyen-Age ».

Oudilo Delmas e Jan Dionis, dóutour en letro, cercaire assoucia de l’ICTT-EA 4277 (Universita d’Avignoun e di Païs de Vau-Cluso) :

« Déconstruction de l’histoire de l’ « hérésie albigeoise » au XIIe et XIIIe siècle et de celle de la Croisade des Albigeois »

______________________________________________________________________________________

LA RÈINO JANO E LA PENSADO DE FREDERI MISTRAL

LA RÈINO JANO E LA PENSADO DE Frederi MISTRAL

DINS LOU TÈMS E LOU MITAN D’ESCRITURO D’AQUELO PÈÇO

– 1883 – 1890 –

 

I – Resumi :

 

Ate 1é : Davans sa pichoto court, la rèino Jano pantaio : anarié bèn en Prouvènço.

Arribo lou prince Andriéu d’Oungrìo, soun espous.

Óupousicioun entre lou Nord e lou Sud ; entre la Cataneso e lou Frai Roubert.

 

Ate 2 : Lou prince Andriéu coucho lis italian e li prouvençau dis emplé li meiour pèr li baia en sis oungrés. Batèsto entre italian e oungrés.

Lou prince Andriéu a tout lou poudé.

 

Ate 3 : La Cataneso e li tenènt de Jano s’entèndon pèr tua l’Andriéu. Repas avans la tuarié. Tuarié.

 

Ate 4 : La rèino Jano quito lou pople napoulitan. Sus uno galèro, vogo vers Avignoun que ié dèu vèire lou Papo. Lou viage. Ço que dis l’astroulò : maridara quatre prince (ALIO : Andriéu d’Oungrìo, Louis de Tarente, Jaume d’Aragoun, Outoun de Brunswick) e perira de la man d’un tuaire. Passo pèr Marsiho.

 

Ate 5 : Au Palais papau, en Avignoun, lou Papo Clemènt VI jujo la rèino Jano. La pèço s’acabo pèr l’eisecucioun de Frai Roubert pèr Galeas de Mantoue.

 

II – L’estùdi :

 

Aqui, estudiaren pas l’estile nimai la coustrucioun de l’obro tiatralo de Mistral que faguè chi, la Rèino Jano. À-n’aquéli que n’en voudrien saupre mai à prepaus de l’aspèt “literàri” d’aquelo pèço, ié bastara de legi lou bèl estùdi d’Emile G. Léonard “La Rèino Jano, T. 1 “Étude sur”, L’Astrado, 1974, Touloun. Vuei, nous fau assaja de coumprene perqué lou Mèstre de Maiano retraguè la vidasso d’uno marrido femo dóu siècle 14 : la rèino Jano. Mai que tout, s’agis de parangouna ‘queste afaire emé la pensado de Frederi Mistral dins lou mitan e lou tèms d’escrituro d’aquesto obro. À respèt de l’estùdi di manuscri d’aquéu tèste, Emile G. Léonard noto que l’ate 1é sarié esta fa de 1883 à 1884 quouro lis àutris ate (2 à 5) sarien esta acaba entre lou fin-bout de 1883 e 1884. Mai tardié, lou tout debut de la pèço sarié dóu 21 de mai de 1890.

 

Pèr aquéli qu’aurien – rèn qu’un pau – óublida l’obro mistralenco n’en vaqui un resumi (bèn liuen de la verita vertadiero de l’Istòri !) La Rèino Jano se debano vers la mita dóu siècle 14 : es en 1348 que viagè en Avignoun… e la chabiguè au Papo Clemènt VI. Jano èro la quatrenco soubeirano de Naplo e de Sicilo emai coumtesso de Prouvènço qu’à sa famiho ié dison de “dinastìo premiero d’Anjou”. Venien di capecian, de francés : au 1é rèi de Sicile, Comte de Prouvènço, ié disien Carle lou 1é. Aquéu d’aqui èro fraire dóu rèi de Franço, Louis IX (St Louis). Enca pichoto, aquelo Jano, l’avien maridado emé soun cousin Andriéu, fraire dóu rèi d’Oungrìo. Dans la pèço, avié un pantai d’ana vesita sis païs de Prouvènço quouro restavo à Naplo.

 

Èro à-mand de perdre quàsi tout soun poudé pèr l’encauso de soun espous quouro, dins lou palais, aquéu d’aqui fuguè tua. Dins la pèço, Jano viajè fin qu’en Avignoun pèr que lou Papo Clemènt VI la descupèsse de la souspicioun d’assassinat.

 

Mistral davans soun tèste :

 

Pèr fin d’assaja de coumprene lou « perqué » d’aquelo obro, nous fau vèire ço qu’es e, pèr acò faire, espepidouna ço que Mistral éu-meme n’en dis.

 

En proumiero de cuberto de l’oubrage, i’a lou titre La Rèino Jano puis, en-dessouto, « Tragèdi prouvençalo en cinq ate e en vers ». Adounc, s’agirié d’uno tragèdi dins li normo dóu tiatre grè, o pulèu, di classi francés. Mai, ço que nous dèu faire chifra, en lou qualificatiéu « prouvençalo ». D’apoundre tau qualificatiéu au sustantiéu « Tragèdi », n’en demeni la valour. Noun es pas qu’uno tragèdi, pas rèn qu’uno tragèdi.

 

Vaqui ço que n’escriéu Mistral à-n’Anfos Daudet, lou

5 d’óutobre de 1888 (Léonard, pp. 30-31) : « La Rèino Jano est une manière de poème provençal dans le sens national du mot… »

 

« Tragèdi prouvençalo », « pouèmo prouvençau », semblarié que, pèr lou maianen, i’aguèsse uno doutanço à prepaus de ço qu’èro soun obro, mais pas ges de doutanço à prepaus de sa prouvençalita que s’atrobo dins li dos espressioun.

 

Enfin, à l’entrouducioun mai tardivo d’aquesto obro, Mistral apound que l’a escricho « d’après le concept provençal et les données exactes de l’histoire. »

 

« Les données exactes de l’histoire »… sarien la provo d’un vertadié travai d’istourian s’aquelo espressioun noun èro pas esta demenido pèr aquelo de « concept provençal ». L’istourian a de basti quaucarèn proche d’uno verita istourico en deforo de ço que i’agrado.

 

« Tragèdi prouvençalo », « pouèmo prouvençau », « données exactes de l’histoire », « concept provençal », lou mèstre nous baiarié quàuqui poun maje de noste estùdi. Premié, avèn d’estudia se La Rèino Jano es, de verai, uno tragèdi vo un pouèmo, pièi, s’es uno obro d’istourian. Enfin, estudiaren la « prouvençalita » de la Rèino Jano coume se pòu vèire dins lis evenimen istouri de l’epoco que fuguè escricho, e de ço que n’en dis lou Mistral d’aquelo epoco.

 

I – La Rèino Jano : tragèdi o pouèmo ?

 

Mistral, éu-meme, parèis pas saupre ço qu’es aquelo Rèino Jano. D’efèt, s’emplego en souto-titre « Tragèdi prouvençalo », quouro la vòu apara di critico d’Anfos Daudet, n’en dis : « La Rèino Jano est une manière de poème provençal dans le sens national du mot ». S’es bèn verai que i’ague un tros d’aquéu tèste, lou viage entre Naplo e Marsiho, que posque faire pensa à-n’un pouèmo dialouga, pèr ço qu’es de quàsi touto la pèço, es rèn que de tiatre.

 

Mai queto meno de tiatre ? De segur, es pas de tragèdi mai, pulèu, de meloudramo que se pòu pas gaire jouga. D’aiours, l’aurien messo en sceno qu’un soulet cop e jougado nòu cop pèr l’Escolo de la Targo de Touloun, dins lis annado 1982-1988. Vaqui la tiero di representacioun :

1982 – 21 de mai Castèu-Valoun

– 22 de mai Castèu-Valoun

– 29 de mai Niço

– 7 de juliet Arle

1984 – 6 de juliet Touloun

1987 – 24 d’óutobre Fuvèu (Ate 1é)

1988 – 6 de mars Lou Castelet

18 de mars Touloun

1é de mars Mountauroun

 

D’efèt, la maje-part de la pèço – messo en sceno – tournarié à la boufounarié em’ à l’emboui… n’en voulèn pèr provo la batèsto entre lis Oungrés e lis Italian o la mort d’Andriéu. La chourmo toulounenco de l’Escolo de la Targo, emé proun gàubi, lou de Roubert Fouque, soun direitour, li jouguè pas. En mai d’acò, dins aquelo pèço, la cordo dramatico jamai noun tiblo. N’en vaqui dous eisèmple : tre la debuto (sceno 1), i’a pas ges d’espousicioun dramatico : rèn qu’uno envejo de vesita Prouvènço pèr la rèino Jano. Mai sabèn proun qu’en Prouvènço, ié faudra ana. E parié à l’ate 5, sceno 5, quouro lou Papo jujo la rèino… ço qu’apouncho pas un fus que lou regardadou saup que s’en sourtira blanco coume nèu.

 

II – Pèr un istourian, aquesto obro es-ti seriouso ?

 

La critico seriouso e Mistral, bèu premié, fuguè sènso feblesso pèr aquéu tèste, meno de tragèdi. 

 

Lou faudrié-ti pas vèire coume uno cerco istourico que lou mèstre n’en dis : « d’après les données exactes de l’histoire » ?

Alor, n’en faudrié leva un moulounas de causo que van pas dins lou sèns de l’istòri talo coume la poudié counèisse Mistral. N’en voulèn pèr provo lou vers 76, parlant dis estudiant de Mount-Pelié dins lou cous de l’ « ilustre ensignaire Arnaud de Vilo-Novo ». La sceno se debano en 1345… mai l’ensignaire a defunta 30 an avans, en 1313. E parié, la Cataneso esplico qu’aurié sepeli quatre rèino de l’Oustau d’Anjou : alor, aurié, à pau près, 95 an. Noutaren pièi que Mistral tout soulet s’es imagina la sceno dóu jujamen papau : s’es verai que la rèino rescountrè lou Papo Clemènt VI qu’un soulet cop, es pas rèn que pèr n’óuteni l’autourisacioun de marida soun cousin Louis de Tarente… autambèn, ié vendeguè la ciéuta d’Avignoun que lou Papo ié paguè tin-tin 80 000 flourin d’aur.

 

Pèr ço qu’es de la tuarié d’Andriéu d’Oungrìo e de soun jujamen, la rèino Jano, se recebè uno counvoucacioun, i’anè pas. E pamens, fuguè innoucentado.

 

E sabès-ti ? De Prouvènço, la rèino Jano se n’en trufavo bèn pas mau. Ié venguè rèn qu’un soulet cop, pèr fugi li sourdat dóu rèi d’Oungrìo. En mai d’acò, quitè Naplo noun pas davans soun pople, noun pas de jour, mai de niue, d’escoundoun. E de coume acò, n’a de moulounas : Adounc, la Rèino Jano a pas rèn d’uno obro istourico rigourouso.

 

III – « Le concept provençal », valènt-à-dire la « prouvençalita » de la pèço La Rèino Jano :

 

Mistral aurié di (Léonard, p. 45) : « Je n’ai pas fait ma tragédie pour être représentée, mais pour faire des provençaux ». Adounc, s’agirié d’uno obro patrioutico e naciounalo prouvençalo.

 

S’arregardan la pèço coume acò, aquéu persounage – la rèino Jano – se dèu vèire coume uno alegourìo de Prouvènço. Ço qu’arribo souvènti-cop dins l’obro mistralenco : Prouvènço es uno jouvènto. N’en voulèn pèr provo la Coumtesso dis Isclo d’Or o l’Esterello de Calendau. Mai, pèr éli, s’agis de persounage sènso deco, quouro de la rèino Jano de l’istòri vertadiero, se pòu dire, qu’a pas rèn d’uno bravo femo. La poudèn pas coumpara emé lis àutris image feminin de l’obro mistralenco : la rèino Jano es un persounage istouri, a viscu quouro lis àutris encarnacioun tènon en de creacioun pouëtico.

 

« Une reine sombre mariée quatre fois et trois de ses maris meurent de mort violente » segound lis eisegèto, uno rèino qu’es, belèu à l’óurigino de la mort de soun premier espous, uno rèino que se trufo bèn pas mau de Prouvènço (i’agrado miés Itàli) noun pòu pas gaire agué d’image pousitiéu. Alor, m’anas dire, perqué Mistral a-ti fa talo chausido ?

 

LaRèino Jano, Mistral l’a facho entre 1883 e 1886. En setèmbre de 1885, à Jùli Boissière, dis : « Mais avant de se vouer à cette tâche suprême, il faut attendre le dénouement de la formidable guerre qui, latente ou déclarée, menace toujours le Germanisme et la Latinité. À la France meurtrie, chevalière de la Civilisation latine, nous devons fidélité… »

 

Aqueste cop, ié sian ! La Rèino Jano, Mistral l’a escricho après la perdo d’Alsaço – Lourreno. En mai d’acò, en 1882, Alemagno, Austrìo, Itàli an counclu uno alianço militàri, la Tripliço. Dins Franço touto espelis un esperit revenjaire contro la germanita. S’espepidounan mai aquéu tros de letro de Mistral à Boissière, n’en levan que Mistral s’enrego dins lou camin de la « latineta » contro la « germanita ». Aqui, se pòu parla d’uno « latineta » touto poulitico : s’agis de liga lis estat latin : Franço, Espagno, Itàli. Itàli contro l’alianço dis empèri centrau… uno idèio que partis lou Mèstre emé forço gènt dóu mitan pouliti francés.

 

Belèu qu’à Mistral, la chausido d’aquelo istòri i’es vengudo pèr fin d’ana mai liuen dins l’idèio latino, d’uno idèio latino au rebous de l’idèio germanico. Aqui, de verai, sarien au bèu mitan de la poulitico internaciounalo dóu fin-bout d’aquéu siècle 19.

 

Pèr fin de verifica ‘questo ipoustèsi, nous fau assaupre qu’à Mistral, l’idèio latino ié vèn pas avans 1871, valènt-à-dire après la desfacho franceso de 1870. Avans, se parlo que de liame emé li catalan, sout uno referènci neblouso : « l’Empèri dóu Soulèu ». Lou premié cop que n’en parlo Mistral, sarié dins l’Armana prouvençau de 1871, dins un tèste de Gui de Mount-Pavoun (un escais-noum dóu Mèstre) que mando : « Travaillons à bâtir la confédération latine ». Em’enca : « Car si la belle Italie, avec la noble Espagne et la France héroïque, étaient unies par un lien fédéral qui les affronterait ? »

 

Vaqui perqué i’aguè, pèr li taulejado di fèsto latino d’Avignoun, en 1874, de representant dóu poudé francés emai l’embassadour d’Itàli, lou Chivalié Nigra.

 

Avèn de nouta que, pèr Mistral, la presènci d’aquelo representacioun es tras-qu’impourtanto que n’en parlo enca dins uno charradisso que fai lou 25 de nouvèmbre de 1882, au Cercle artistique de Marseille : « Avès vist lis Italian, emé soun embassadour Moussu lou Coumandour Nigra, emé li representant de l’Acadèmi de Flourènço, veni celebra ‘mé nautre lou centenàri de Petrarco ».

 

D’àutris eisèmple, n’avèn leva. N’en voulèn pèr provo un tros de l’odo famouso, À la raço latino que Mistral escriéu pèr li fèsto latino de Mount-Pelié dóu 22 au 30 de mai de 1878 : « Ta lengo maire, aquéu grand flume / Que pèr sèt branco s’espandis » (MISTRAL Frederi, Lis Isclo d’Or, « À la raço latino », reed. critico Boutière, Didier, Paris, 1970, p. 398). De segur, s’agis di lengo vengudo dóu latin : francés, prouvençau, italian, espagnòu, pourtugués, rouman, retou-rouman.

 

 

Mai, m’anas dire, de que pòu i’agué entre la chausido de la rèino Jano e Mistral chirouna pèr la voulounta de basti l’Unioun dis estat latin ? Rèn de mai simple : emai siguèsse esta un persounage istouri tant sourne, tant countrista, la rèino Jano recampo d’espèr-elo tout ço que fai la latineta, l’Unioun latino.

 

D’en premié, la rèino Jano represènto Franço : sor d’uno dinastìo franceso que tèn d’uno branco de la famiho capeciano, lis Anjou, coume lou dis sa bandiero flourdalisado. À cinq generacioun d’aqui, i’a Louis lou vuechen, pièi soun fiéu, Carles 1é d’Anjou, fraire de St-Louis, qu’es à l’óurigino de la dinastìo.

 

 

La rèino Jano, rèino de Naplo e de Sicilo, es autambèn d’Itàli coume es prouvençalo que porto lou titre de Coumtesso de Prouvènço.

 

Soun liame em’ Espagno ié vèn de soun tresen maridage emé Jaume d’Aragoun, Enfant de Maiorco.

 

« Tragèdi prouvençalo », « poème provençal », « concept provençal »… À prepaus de soun obro, quouro n’en parlavo, Mistral apielavo, mai que tout, sus la referènci prouvençalo.

 

Roubert Long

Presidènt de Parlaren Gardano

Souto-Presidènt de la Couourdinacioun Generalo Parlaren

________________________________________________________________________

FÈSTO DE SANT-ALOI, SANT-JAN, SANT-RO…CARRETO E CAVAUCADO 2016

FEDERACIOUN AUPIHO-DURÈNÇO

PROUGRAMO 2016

 

SANT-ALOI

 

SANT-ROUMIÉ  29 de mai

NOVO  5 de jun

MAUSSANO 12 de jun

 MOULEGES 19 de jun

 

 

SANT-JAN

BARBENTANO 24 de jun

 

SANT-ALOI

IRAGO 26  de jun

CASTÈU-REINARD 3 de juliet

 ROUGNOUNA 10  de juliet

MAIANO 24 de juliet

GRAVESOUN 31 de juliet

SANT ESTEVE DÓU GRES 14 d’avoust

 

SANT-RO

AUREIO 16  d’avoust

ROUGNOUNA 21 d’avoust

 

SANT-ALOI

BOURBOUN 28  d’avoust

 

SANT-RO

PALUN DE NOVO 4 de setèmbre

 

 CARRETO EN-FORO DE LA FEDERACIOUN AUPIHO-DURENÇO

 

SANT-ROUMIÉ-  15 d’avoust

CRAU DE CASTÉU-REINARD 18 de setèmbre, carreto dis enclume

SENAS- carreto de Sant-Amanet 28 desetèmbre

 

 

 

CARRETO DE

 

SANT-ALOI, SANT-JAN, SANT-RO…

 

E

 

CAVAUCADO DE PROUVÈNÇO MARINO

 

Endré

Dato

CASTÈU-GOUMBERT 19 de JUN Matin
GINASSÈRVI- 17 de juliet Matin
MÉOUN- ? Matin
SIGNE- ? Matin
ALAU- 26 de jun Matin
AURIÒU- 03 de juliet Matin
LOU BAUSSET- 3 de juliet Matin
ROCO-FORT LA BEDOULO- 10 de juliet Matin
TRES- 14 de juliet Matin
AUBAGNO 21 d’Avoust Matin
PLAN DEI CUCO- 24 de juliet Matin
CUJO LEI PIN- 07 d’avoust Matin
NANS- 07 d’avoust Après-dina
LOUGIS-NÒU ALAU- 14 d’avoust Matin
BÈU-DINA- 14 d’avoust Matin
 ROCO-VAIRE  15 d’avoust
ÓULIÉULO- 21 d’avoust Après-dina
LASCOURS (Roco-vaire)- 28 d’avoust Matin
 POURRIERO  16 d’óutobre Matin

  GÈMO-  31 de juilet Matin

LORGO – 24 de juilet Matin

 

 

 DESPARTAMEN 06- SANT-ALOI

TÈNDO Dimenche 10 de juliet Cavaucado

 DESPARTAMEN 30 – SANT-VINCÈNS

MOUNT-FRIN 9 d’óutobre, carreto de Sant-Vincèns

__________________________________________________________

 

« FRANCIS GAG » LOU VIN DEI PADRE E LA PENSADO DE SANT-FRANCÉS D’ASSISE

LOU VIN DEI PADRE

(Francis Gagliolo 1900-1988)

 

Un titre es pas mai qu’un titre… ço qu’anan vèire dins l’estùdi que i’an mes « Francis Gag, Lou vin dei Padre e la pensado de Sant Francés d’Assise ».

 

Segur qu’à respèt d’aquéu titre, aurian pouscu leva lou coustat poupulàri de l’obro. Aurian mai pouscu parla d’àutris obro de Gag tant proche pèr l’esperit dóu Vin dei Padre, coume li dos pastouralo Calena e La marche à la Crèche, coume la pèço Lu doui vièi, coume li vint an que, de-longo, sus la radiò niçardo, Francis Gag éu-meme i’encarnè lou persounage tant poupulàri de Tanto Vitourino. Mai Lou vin dei Padre es autambèn un cap d’obro dóu tiatre niçard coume lou resson de ço que, jusco dins soun èime founs, pertoco Francis Gag. Basto, s’agis de la siéuno filousoufìo de vido.

 

Segur que, dins aquel estùdi, d’encourregudo vers lis àutris obro de Francis Gag, n’i aura… meme se Lou vin dei Padre, obro poulisemico, nous baio mai e miéus que tóuti lis autre : soun identita niçardo, soun biais carnavalen e, mai que-tout, sa bounta, soun óutimismo tout franciscan.

 

Lou titre d’aquelo pèço, Lou vin dei Padre, noun dèu pas engana que s’agis pas d’istòri de prèire : lou pople niçard dis « paire » en tout ome de la glèiso, i mounge emai i fraire d’un ordre religious.

 

Sabèn pas en queto annado la pèço se pòu debana. Belèu lou premié cop que jouguèron la pèço, en 1937 ? Belèu cinquante an avans ?

 

S’agis d’uno istòri vertadiero, que marco l’identita niçardo : en 1543, li Tur de Khaïr-El-Din Barberousse, vassau de La Porto (Empèri Óutouman), tóuti gènt coumanda de liuen pèr li francés de Francés 1é, assiejon Niço, ciéuta en-foro dóu reiaume de Franço à l’epoco. Es aqui, à l’óucasioun d’aquelo agarrido francò-turco, que s’ilustro l’erouïno niçardo Catarina Segurana, uno que, pèr l’identita niçardo es un pau coume la Jano d’Arc vo lou Generau de Gaulle di francés. Catarina Segurana es l’erouïno foundairis que lou pople de la Coumtat de Niço se ié counèisson toujour.

 

Francis Gag a leva soun sujèt dóu Vin dei Padre d’un oubrage de A. Lacoste, Nice à travers les âges, Chroniques et légendes, ed. Malvagno-Mignon, 1884, Niço.

 

Lor dóu sèti de 1543, li fraire capouchin, que soun couvènt es esta tout entié aclapa, lou volon tourna-auboura. Li beneditin de Sant-Pons, de richas, ié fan presènt d’uno terro que ié dison Sant Bartoumiéu, sus li colo de Cimiés. Mai l’abat di beneditin se reservo un óumage particulié : cade 24 d’avoust, fèsto de soun couvènt, li capouchin ié dèvon pourgi uno barricasso d’aigo benesido. En escàmbi, li beneditin i’en baion uno de vin de messo di meiour. Nous fau assaupre que, segound lis istourian, la terro sarié pas esta baiado en de capouchin (franciscan refourma) mai en d’àutri franciscan refourma, li de l’Óusservanço.

 

Avans d’espepidouna li tres aspèt – identitàri, carnavalen, filousoufi – dóu Vin dei Padre, avèn de resumi l’obro : lou 23 d’avoust, vèio de l’escàmbi annau « aigo benesido contro vin de messo », Ilarioun, Gregòri, Mansuet e Bonaventuro soun recampa dins l’ataié d’escrituro di capouchin. Dous à cha dous, se diton d’istòri despariero. Ilarioun conto lou sèti de Niço pèr li francò-tur en 1543 que s’ilustrè Catarina Segurana, la destrucioun dóu premié couvènt di capouchin e si revirado. Mansuet, pèr quant à-n’éu, retrais la traslacioun di relicle de Santo Petrouniho, de Roumo à Niço, en 1697.

 

Francis Gag es pas aqui pèr aprene quaucarèn à soun publi. Gramaci lou raconte de si fraire, s’acountento de rapela ço que cade espetatour niçard counèis de soun istòri. Entre l’autour e soun publi, lou liame se tèis, eisa : an tóuti li mémi referènci culturalo. Arribo, pièi, lou superiour di capouchin, Mgr Tadiéu qu’anóuncio i quatre capouchin ço qu’auran de faire l’endeman : es éli que faran l’ana-veni emé li bouto d’aigo benesido e de vin de messo.

 

Autre tèms, autre liò : dins la croto di beneditin, frai Eliacin aculis li quatre capouchin que, jusqu’au moustié de Sant Pons, an buta sa bouto d’aigo benesido sout lou gros soulèu d’avoust. Li reviscoulo que ié fai tasta li vin li meiour. Vaqui, pièi, nòsti capouchin, tirassant uno barrico de vin de messo, à la cimo d’uno colo. Creba pèr la calourasso e lou vin de la croto, bevon de vin de messo de la bouto e i’apoundon d’aigo pèr remplaça ço que defauto.

 

Retour au couvènt di capouchin. Lou pourtié dóu couvènt, Crisoustome e lou superiour di beneditin vènon d’arriba. Lou pourtié esplico lou malastre : la grosso barrico a davala e espeta la lourdo dóu couvènt de Sant Bartoumiéu, vuei, dubert en tóuti. En mai d’acò, a tout gasta dins lou bèu jardin e trenca la co dóu dogue. S’arrestè pièi, sènso degai pèr elo, la barrico de vin de messo.

 

I – L’èime identitàri niçard :

 

Mai que tout, aquel èime identitàri niçard parèis dins la chausido de la tematico dóu vin que lou titre i’anóuncio « lou vin » e « li paire ». Or, se la religioun crestiano se pòu pas dessepara de la tradicioun dóu vin, que, lor de la messo, se tremudo en sang de Crist, lou vin se pòu pas dessepara dóu bèn viéure dóu païs niçard.

 

Quauque 30 an après la revoulucioun viticolo de 1907, en 1937, Lou Vin dei Padre espelis. À Niço, tre 1933, lou vin s’avalouro bono-di la fèsto dóu vin.

 

Mai aquel èime identitàri niçard se counèis enca que tre, la debuto, se parlo dóu sèti de Niço pèr li francò-tur en 1543 : « E veici qu’en l’an 1543 […] Es aqui que Catarina Segurana illustret lou siéu noum ».

Dins lou meme tablèu un autre fraire evoco l’arribado à Niço en 1697 di relicle de Santo Petrouniho, provo que l’identita niçardo se pòu pas dessepara de la religiouseta catoulico.

 

L’èime identitàri niçard ié parèis tambèn quouro, dins la croto d’Eliacin, se tasto quatre vin de quatre terraire de la Coumtat de Niço.

 

II – Lou biais carnavalen dóu « Vin dei Padre »

 

Carnava segnourejo emé li citacioun biblico desvirado de l’ancian e dóu nouvèu testamen pèr li capouchin e meme pèr soun superiour, Mgr Tadiéu : es ansin que reviro l’espèro dóu vin de messo emé lou tros dóu saume 129-130 : « du matin bonne heure jusqu’à la nuit, Israël attendit en Dieu. » Emé si paraulo, li capouchin vènon lou pople d’Israël e la barrico, Diéu éu-meme.

 

Dins la croto lou capouchin Bonaventuro reviro un tros de l’Eclesiasto (Ec. 3-1) : « Il y a un temps pour tout […] un temps pour se taire et un temps pour parler » vèn « un tèms pèr parla e un pèr se teisa ». Se teisa… davans la bounta dóu vin. I’a pièi un fumié de citacioun levado e revirado de l’Eclesiasto que s’acabo pèr « Il y a un temps pour la pépie et un pour s’abreuver ».

 

Li capouchin agarisson tambèn lis Evangèli e li pauralo de St Francés d’Assise. Frai Mansuet reviro la paraulo de Crist à Pèire que dourmié en liogo de viha : « L’esprit certes est ardent mais la chair est faible » (Marc, 14-38) en « l’homme est faible et l’esprit prompt à chavirer ». E parié, frai Bonaventuro emé l’espressioun « Tavan moun fraire » reviro lou biais de dire de St Francés quand parlo i èstre vivènt Fraire Loup, Sorre Aragno.

 

 

 

 

 III – Francis Gag e la pensado de Sant Francés d’Assise

 

Francis Gag pòu pas imagina que siguèsse desseparado l’identita niçardo dóu catoulicisme : vaqui perqué souto lou coumique dóu Vin dei Padre s’escound la pensado de Sant Francés d’Assise.

 

Francés d’Assise (1182-1226), fiéu d’un riche marchand, renóuncio à soun eiretage en 1206, pèr se faire ermito. Sa voucacioun ? La paureta assouludo e la presicacioun. La pensado de Sant Francés ? Diéu es tout de bounta, si creaturo soun bono, lou mounde es bon. Li fraire que seguisson Sant Francés se dèvon d’èstre paure, umble e jouious, sèns autourita que la, mouralo, de Sant Francés. An de presica la penitènci, adounc an de viéure au mitan dis ome… ço qu’enebis l’embarrage dins un moustié.

 

Li capouchin dóu Vin dei Padre, es tout de franciscan refourma (1523).

 

Pèr lou niçard de 1937, ié basto d’ausi lou noum di quatre capouchin pèr coumprene que se parlo de Sant Francés d’Assise.

 

Bonaventuro, lou premié di capouchin, evoco lou sant dóu meme noum (1217-1275) que fuguè menistre generau de l’ordre di franciscan. Un ome de la pousicioun mejano entre franciscan esperitau (paureta assouludo) e franciscan counventuau, tenènt d’uno paureta relativo (l’ordre pòu agué de bastimen, de couvènt…). Lou Papo coumandè à St Bonaventuro uno vido óuficialo de St Francés. Cremèron tóuti lis autro.

 

Ilarioun, pèr quant à-n’éu, evoco St Ilarioun (291-371) tenènt de l’ascetisme, coume Francés éu-meme, de siècle après.

 

Mansuet : soun noum vèn dóu latin « mansuetudo, dinis » : douçour. Evoco lou tèms que, rèn que pèr la paraulo, St Francés tremudè un loup en creaturo bono.

 

Gregòri : aquéu noum es liga à la vido de St Francés. Evoco Gregòri IX, Papo de 1227 à 1241. Aquéu d’aqui faguè desparèisse lou testamen de St Francés que, pèr li franciscan, voulié la paureta assouludo (ni bastimen, ni glèiso, nimai couvènt).

 

Gregòri IX faguè canounisa Francés en 1228. En 1230, enounciè, pièi, que li franciscan avien pas óubligacioun de respeta lou testamen de St Francés.

 

Eliacin lou boutihié di beneditin : n’en vaqui un que soun noum parlo de St Francés. Vers Racine, dins Athalie (ispara de Rèi II-11-2-3) Eliacin, abari dins lou tèmple de Jerusalèn, rebrico :

 

Dieu laissa-t-il jamais ses enfants au besoin ?

Aux petits des oiseaux il donne leur pâture,

Et sa bonté s’étend sur toute la nature.

Tous les jours je l’invoque, et d’un soin paternel

Il me nourrit des dons offerts sur son autel.

 

L’Eliacin de Racine presènto uno visto franciscano de la naturo : Dieu es tout bounta, abaris lis aucèu, abarris Eliacin.

 

Emé tóutis aquéli noum, lou publi niçard poupulàri de 1937 saup de que s’agis. Es ansin que la pensado franciscano espeto au tablèu quatre. Aqui dedins, dins lou pendis, la grosso barrico a escapa i capouchin e creba la lourdo dóu couvènt. A aclapa lou bèu jardin di capouchin e trenca la co dóu dogue : « Un can de couvent sensa couha, acò, fa gaire bella figura ! ».

 

Li quatre capouchin-franciscan soun toujour viéu e la barrico, entiero.

 

Pèr lis espetatour niçard de 1937, se coumpren : la barrico de vin de messo, coume s’èro adeja tremuda en sang de Crist, a fa la voulounta de Diéu. De peta la lourdo dóu couvènt evoco la pensado de St Francés que voulié si fraire au mitan dis ome e noun pas embarra. Lou bèu jardin degaia dis proun que St Francés voulié pas ges d’avé pèr li franciscan. Pèr quant à la co dóu dogue, trencado, lou couvènt n’en sara pas tant fièr !

 

COUNCLUSIOUN

 

Ai ! que, vuei, aquéu tèste d’aqui a plus lou publi de 1937. I’a plus gaire de mounde pèr lou coumprene. Noun pas pèr l’encauso dóu parla niçard, toujour viéu, mai pèr ço que lou publi poupulàri a plus ges de referènci culturalo pèr s’aproupria, à la lèsto, un tau tèste.

 

Bibliougrafìo :

 

Francis Gag, Théâtre niçois, l’intégrale, realisa pèr Pèire Louis & Jan-Lu Gag, ed. Serre, 1994.

 

A. Lacoste, Nice à travers les âges, Chroniques et légendes, ed. Malvagno-Mignon, 1884, Nice

 

Jan Dionis

________________________________________