Archives pour la catégorie Ficioun

Mateo Falcone de P. Mérimée lou racisme anti-corse dans la literaturo franchimando

Un eisèmple dóu racisme anti-meridiounau dins la literaturo franchimando :

Mateo Falcone, lou racisme anti-corse

Dins la literaturo e la prèisso franchimando lou racisme antimeridiounau es lou pan de la vido-vidanto. Lou veiren emé de tèste antiprouvençau mai visajen, d’en proumié l’obro ufanouso de Prouspèr Mérimée, « Mateo Falcone », qu’es l’eisèmple meme dóu racisme franchimand anticorse.

Aquel escrivan, nascu à Paris en 1803 (defunta en 1870), acabè « Mateo Falcone » lou 14 de febrié de 1829 e lou publiquè lou 3 de mai de la memo annado dins la Revue de Paris. Aquelo obro d’aqui pourtavo, dins l’edicioun óuriginalo lou souto-titre de « Mœurs de la Corse ». S’avès de mau pèr ié vèire un titre raciste avès que de chanja li destinatàri en « Mœurs de l’Afrique ». Alor, lou souto-titre meme de « Mateo Falcone » es-ti pas raciste ?

Mai lou racisme anticorse dins aquesto nouvello de Mérimée vèn dóu biais meme de pensa de l’autour parisen. À-n’aquéu d’aqui podon pas i’agrada li valour diferènto de la culturo corso. Un ome, un franchimand que viéu dins la Franço dóu siècle 19, païs que fai travaia lis enfant de mens de dès an, que tirara au canoun, mai que d’un cop, sus lis oubrié, aceto pas li valour d’ounour persounau, d’óubligacioun mouralo d’espitalita de la culturo corso.

Dins tout lou tèste de « Mateo Falcone », lou racisme anticorse parèis à travès d’espressioun e, subre-tout d’evenimen leva de soun mitan souciou-culturau que lis esplico. Prendren pèr soulet eisèmple ço que dis Mérimée de la culturo sus bruladis que li coundicioun ecounoumico fan encaro pratica dins quàuqui regioun d’Africo : se lou lauraire corse « met le feu à une certaine étendue de bois » es « pour s’épargner la peine de fumer son champ ». Adounc es un feiniantas pèr Mérimée.

Vaqui lou tèste revira dins la lengo literàri de Mistral, poudrés juja.

*

* *

MATEO FALCONE

Tre sourti de Porto-Vecchio coume s’endraiant au nord-ouèst, vers l’en dedins de l’isclo, vesèn lou terren s’aussa proun lèu, e tre camina tres ouro de tèms entre li draiòu tourtuous, engavacha de bèu queiras, e de fes taia de vabre, s’atrouban en raro d’un maquis proun grandaras. Es la patrìo di pastre corse, lou maquis e de lou que s’es garrouia emé la justiço. Vous fau assaupre que lou lauraire corse, pèr s’espargna la peno de fema soun champ, bouto fiò en quauco espandido de bos : tant-pis se la flamado s’alargo mai que necite ; arribo ço qu’arribara ; segur qu’auran bello recordo en samenant aquelo terro endrudido pèr lou cèndre dis aubre que pourtavo. Lis espigo levado, se laisso la paio que farié peno de rejougne, lou racinun resta en terro sènso s’encoumbouri regreio à la primo venènto, li cepado forço espesso qu’en pas gaire d’an, se guindon en cimo de sèt o vue pèd. Es à-n’aquéu biais de taiadis fourni que ié dison maquis. Es fa de màntis essènci d’aubre e d’aubret, mescla ‘m’escafa coume à Diéu plais. I’a gaire que picosso en man que l’ome se i’atraçarié uno draio, e se vèi de maquis tant espès e tant fuiu, que li móutoun fèr* éli-meme noun se ié podon entrauca.

S’avès peri un ome, anas dins lou maquis de Porto-Vecchio, que ié viéurés en sauvanço, em’un bon fusiéu, de poudro e de balo ; óublidés pas un mantèu brun adourna d’un capouchoun, que sèr de cuberto e de matalas. Li pastre vous baion de la, de froumage e de castagno, e n’aurés pas rèn de cregne de la justiço o de la parentèlo di mort, foro lou tèms que vous faudra davala en vilo pèr ié renouvela vòsti municioun.

Mateo Falcone, quouro ère en Corse en 18.. avié soun oustau à-n’uno mié-lègo d’aquéu maquis. Èro un ome proun riche pèr lou païs ; vivènt noublamen, valènt-à-dire sènso pas rèn faire, dóu proudu de soun troupelun, que de pastre, meno de vagant, menavon pastura d’eici d’eila pèr mountagno. Quouro lou veguère, dos annado après l’evenimen que m’en vau counta, me pareiguè pas mai de cinquanto an. Imaginas-vous un ome courtet, mai caloussu, emé lou péu crespu, negre coume jaiet, un nas à la roumano, de bouco minço, l’uei grand e viéu, em’un ten coulour revès de boto. Se disié estraourdinàri, soun gàubi au tir dóu fusiéu, meme dins soun païs, mounte i’a tant de bon tiraire. Meten lou cas, Mateo aurié jamai tira un móutoun fèr emé de ploumb de senglié, mai, à cènt vint pas, vous lou desquihavo d’uno balo dins la tèsto o dins l’espalo, coume voulié. De niue, se servié de sis armo autambèn coume de jour, e d’éu m’an dich aquéu tra biaissous que, belèu, sara pas de crèire pèr lou qu’a pas viaja en Corse. À vuetanto pas, se tancavo uno candèlo atubado darrier un trasparènt de papié, gros coume uno sieto. Engautavo, s’amoussavo pièi la candèlo, e après uno minuto dins l’escur lou mai sourne, tiravo e traucavo lou trasparènt tres cop à cha quatre.

Em’un merite tant trascendènt Mateo Falcone s’èro fach uno bello reputacioun. Se disié autant bon ami coume enemi soutiéu : part acò serviciable e dounant la passado. Vivié en bon acord emé tóuti dins lou destrit de Porto-Vecchio. Mai d’éu se countavo qu’à Corte, mounte s’èro amouiera, se desfachè ‘mé forço vigour d’un rivau que disien autant achini en guerro coume en amour : à tout lou mens prestavon à Mateo quauque cop de fusiéu que sousprenguè ‘quéu rivau dóu tèms qu’èro à se rascla davans un miraiet pendoula à soun èstro. Un cop l’afaire ameisa, Mateo se maridè. Sa mouié Giuseppa, i’avié fa premié tres chato (que n’en mourbinavo), pièi enfin un fiéu, que ié diguè Fortunato : fasié l’espèr de sa famiho, lou sauvo-raço. Li fiho s’èron bèn maridado ; se n’avié de besoun, soun paire poudié faire founs sus li pougnard e lis escoupeto de si fihat. Lou fiéu avié pas gaire que dès an, pamens n’en proumetié de bello.

Quauque jour d’autouno, Mateo sourtiguè d’ouro emé sa femo pèr ana vèire un de si troupèu dins uno esclargido dóu maquis. Lou pichot Fortunato lou voulié segui, mai l’esclargido èro trop alunchado ; en mai d’acò, falié bèn que quaucun restèsse pèr fin de garda l’oustau ; adounc, lou paire diguè de noun : veiren s’aguè pas de resoun de se n’en penti.

Mancavo despièi quàuquis ouro e, tranquile, lou pichot Fortunato, ajassa s’assouleiavo, tranquile, lis iue sus li mountagno bluio, e pensavo que, lou dimenche venènt, anarié soupa en vilo, vers soun ouncle lou capourau, quouro subran fuguè destourba dins si meditacioun pèr l’espet d’uno armo de tiro. Se dreissè e se virè dóu coustat de la plano de mounte venié ‘quéu brut. D’àutri cop de fusiéu se respoundien, tira pèr vòuto desegalo, e sèmpre que mai raprouchado ; fin finalo, dins lou draiòu que menavo de la plano à l’oustau de Mateo un ome pareiguè, couifa d’uno barreto pounchudo coume n’en couifon li mountagnard, barbassu, espeiandra, e se tirassant emé peno en s’apielant sus soun fusiéu. N’i’avien, tout just, tira un cop dins la cueisso.

Aquel ome d’aqui èro un bandit que, parti de niue pèr ana querre de poudro en vilo, avié toumba en camin dins uno embouscado de vóutejaire corse. Après uno defènso achinido, avié capita sa retirado, talouna e tiraiant de roucas en roucas. Mai d’avanço, n’avié pas gaire sus li sourdat e, nafra qu’èro, se vesié entrepacha d’avèndre lou maquis avans d’èstre reganta.

Se sarrè de Fortunato e ié diguè :

« Siés lou fiéu de Mateo Falcone ?

  • O.

  • Iéu, siéu Gianetto Sanpiero. Li coulet jaune me courron à l’après. Escounde-me, que pode pas plus faire avans.

  • E dequé dira moun paire se t’escounde sènso que l’aguèsse permes ?

  • Dira qu’as bèn fa.

  • Quau saup ?

  • Escounde-me lèu ; vènon.

  • Espero que moun paire siegue tourna-vengu.

  • Qu’espère ? Malan de Diéu ! Saran aqui dins cinq minuto. Anen, escounde-me, o te tue. »

Fortunato ié rebriquè ‘mé tout soun sang-plan :

« Toun fusiéu es vuege, e i’a plus ges de cartoucho dins ta carchera**

– Ai moun estilet.

– Mai courriras-ti autant lèu coume iéu ? »

Faguè qu’un saut, e se levè de davans.

« Siés pas lou fiéu de Mateo Falcone ! Me leissaras-ti pièi prene davans toun oustau ? »

L’enfant pareiguè pertouca.

« Dequé me baiaras se t’escounde ? » faguè, en se raprouchant.

Lou bandit furè dins uno pòchi de cuer que pendoulavo à sa cencho, e n’en tirè uno pèço de cinq franc que proubable avié messo de coustat pèr se croumpa de

poudro. Tre vèire la pèço d’argènt, Fortunato faguè bouqueto ; l’arrapè, e, à Gianetto, ié diguè :

« Agués pas pòu. »

Tant-lèu, faguè un traucas dins un mouloun de fen proche l’oustau. Gianetto se i’amaguè, e l’enfant l’atapè pèr fin de ié leissa just dequé alena, sènso, pamens, que siguèsse poussible de souspeta qu’aquéu fen escoundèsse un ome. S’avisè, pièi, d’uno agudesso de sóuvage proun engeniouso. Anè querre uno cato e si pichot, e lis istalè sus lou mouloun de fen pèr fa crèire qu’èro pas esta boulega despièi de tèms. Pièi, s’arremarcant li traço de sang sus lou draiòu proche l’oustau, li curbiguè de póusso emé siuen, e, acò fa, s’acagnardè pièi.

Quàuqui minuto après, sièis ome en uniforme brun à coulet jaune, e coumanda pèr un ajudant, èron davans la porto de Mateo. Aquest ajudant èro un pau de la parentèlo de Falcone. (Sabèn qu’en Corse se seguis li grad de parentèlo bèn mai liuen qu’aiours). Ié disien Tiodoro Gamba : èro un ome atiéu, e, bord que n’avié courseja mai que d’un, li faidit lou cregnien forço.

« Bon-jour, rèire-cousin, à Fortunato faguè en l’abourdant ! Coume te vaqui grand ! As-ti vist passa un ome tout aro ?

  • Oh ! Siéu panca tant grand coume vous, moun cousin, rebriquè l’enfant d’un biais nèsci.

  • Acò vendra. Mai as-ti pas vist passa un ome, digo-me ?

  • S’ai vist passa un ome ?

  • O, un ome ‘m’uno barreto pounchudo de velous negre, e uno vèsto broudado de rouge emai de jaune ?

  • Un ome ‘m’uno barreto pounchudo, e uno vèsto broudado de rouge emai de jaune ?

  • Si, responde lèu, e repetigues pas mi questioun.

  • De-matin, Moussu lou cura a passa davans nosto porto, sus soun chivau Piero. M’a demanda coume se carrejavo papa e i’ai respoundu…

  • Ah ! couquinas, fas lou finocho ! Digo lèu d’ounte a passa Gianetto, qu’es éu que coursejan ; e, n’en siéu segur, a enrega ‘quéu draiòu.

  • Quau saup ?

  • Quau saup ? Es iéu que sabe que l’as vist.

  • Li vesèn, li que passon, quouro dourmèn ?

  • Dourmiés pas, marrias ; li cop de fusiéu t’an reviha.

  • Cresès belèu, moun cousin, que vòsti fusiéu fan tant de brut ? L’escoupeto de moun paire n’en fai bèn plus.

  • Lou Diable te patafiole, marrit drole ! Siéu bèn segur qu’as vist lou Gianetto. E meme, belèu, que l’as escoundu. Anen, cambarado, intras dins aquest oustau, e vesès se noste ome i’es pas. I’anavo plus gaire que d’uno pauto, e avié trop de sèns, lou gusas, pèr agué assaja d’ajougne lou maquis en panardejant. Li traço de sang s’arrèston pièi aqui.

  • E dequé dira papa ? demandè Fortunato, richounejant ; dequé dira se saup que n’i’a que soun intra dins soun oustau dóu tèms qu’avié sourti ?

  • Marrias ! faguè l’ajudant Gamba, l’agantant pèr l’auriho, sas que iéu pode te fa vira la bouneto ? Te baiariéu un vintenau de platissado de sabre que, belèu, parlariés enfin ? »

E Fortunato richounejavo toujour que mai.

« Moun paire es Mateo Falcone ! diguè, poumpous.

  • Sas, capounas, que te pode mena à Corte o à Bastia. Te fariéu coucha dins un croutoun, sus de paio, li ferre i pèd, e te farai trenca lou còu se noun me dises pas ount es Gianetto Sanpiero. »

D’ausi ‘questo menaço ridiculo, l’enfant s’espetè dóu rire. Faguè que dire :

« Moun paire es Mateo Falcone !

  • Ajudant, diguè, souto voues, un di vóutejaire, s’encagnen pas emé Mateo. »

____________

* mouflons

** en corse dans le texte

 (Aquelo reviraduro es uno prouprieta d’Oudilo Delmas).

 

MATEO FALCONE (SEGOUNDO PARTIDO)

Segur que Gamba semblavo enfeta. Parlavo souto voues emé si sourdat, qu’adeja avien vesita tout l’oustau. Acò demandavo pas gaire de tèms, que la cabano d’un Corse, es rèn qu’uno souleto pèço carrado. Lou garnimen tèn en uno taulo, de banc, de cofre e d’eisino de casso o de meinage. Pamens, lou pichot Fortunato caranchounavo sa cato, e semblavo, guespous, jouï de la bourroulo di vóutejaire e de soun cousin.

 

Un sourdat se sarrè dóu mouloun de fen. Veguè la cato, e baiè un cop de baïouneto dins lou fen emé negligènci, en jougnènt lis espalo, coume se sentié sa precaucioun ridiculo. Pas rèn bouleguè ; e la caro de l’enfant marquè pas la plus pichoto emoucioun.

 

L’ajudant e sa troupo se baiavon au Diable ; adejavo, se viravon, de bon, dóu coustat de la plano, coume à mand de s’entourna d’ounte èron vengu, quouro soun chèfe, segur qu’èro que li menaço farien chi ‘mé lou fiéu de Falcone, vouguè faire un darnier esfort e assaja lou poudé di caranchouno e di presènt.

 

« Rèire cousin, faguè, me sèmbles un gaiard bèn viéu ! Anaras liuen. Mai jogues un marrit jo ‘mé iéu ; e s’aviéu pas pòu de fa peno à moun cousin Mateo, lou diable me patafiole ! te menariéu emé iéu.

  • Bah !

  • Mai, quouro moun cousin sara tourna-vengu, ié countarai l’afaire, e, pèr n’agué menti, te baiara lou fouit jusco sang.

  • Quau saup ?

  • Veiras… Mai, tè… sigués brave, e te baiarai quaucarèn.

  • Iéu, moun cousin, vous baiarai un avis : es que, s’esperés mai, lou Gianetto sara dins lou maquis, e alor faudra mai que d’un boustigoun coume vous pèr l’i’ana cerca. »

 

L’ajudant tirè de sa pòchi uno mostro d’argènt que coustavo bèn dès escut, e, s’avisant que lis iue dóu pichot Fortunato fouguejavon en l’alucant, ié diguè, fasènt pendoula la mostro au bout de sa cadeno d’acié :

 

« Boujarroun ! Voudriés bèn agué uno mostro coume aquelo d’aqui pendoulado à toun còu, e permenariés pèr carriero dins Porto-Vecchio, e te gounflariés coume un pavoun ; e li gènt te demandarien : « Quant es d’ouro ? » e ié rebricariés : « Agachas à ma mostro. »

  • Quouro sarai grand, moun ouncle lou capourau me baiara uno mostro.

  • O ; mai lou fiéu de toun ouncle n’a ‘deja uno… pas tant bello qu’aquelo d’aqui, verai… Pamens, es mai jouine que tu. »

 

L’enfant souspirè.

 

« E bèn, la vos aquelo mostro, rèire cousin ? »

 

Fortunato, relucant la mostro, avié tout d’un cat que se ié pourgis un poulastroun tout entié. E coume a dins l’idèio que se trufon d’éu, a crento de l’arpeja, e de cop que i’a, viro lis uie pèr qu’acò ié faguèsse pas lingueto ; mai, de longo, se n’en lipo li brego, e vous sèmblo que dis à soun mèstre : « Qu’es crudèlo, vosto boufounado ! »

Pamens, l’ajudant Gamba, pourgissènt sa mostro, pareissié de bono fe. Fortunato alounguè pas la man ; mai ié diguè ‘m’un sourrire desfecious :

 

  • « Perqué vous trufès de iéu ?

  • Pèr Diéu ! Noun me trufe pas. Digo-me rèn que mount es Gianetto, e ‘questo mostro es tiéuno. »

 

Fortunato leissè ‘scapa un sourrire, descresènt ; e, tancant sis iue negre sus aquéli de l’ajudant, assajè de ié legi se se poudié fisa à sa paraulo.

 

« Que perde moun espaleto, l’ajudant larguè, se te baie pas la mostro à-n’aquesto coundicioun ! Li cambarado n’en soun temouin ; e me n’en pode pas desparaula. »

 

Parlant coume acò, aprouchavo toujour que mai la mostro, tant que quàsi toucavo la gauto palinello de l’enfant. Sus la caro d’aquéu d’aqui se vesié proun la lucho que se liéuravon dins soun amo l’abramadisso e lou respèt degu à l’espitalita. Soun pitre nus se levavo emé forço, e semblavo à mand d’estoufa. Pamens la mostro balançavo, viravo, e de cop que i’a ié turtavo lou bout dóu nas. Enfin, à cha pau, sa man drecho s’alounguè vers la mostro : la cimo de si det la touquè ; e pesavo tout entiero dins sa man sènso que, pamens, l’ajudant lachèsse l’estremita de la cadeno… lou cadrant èro azuren, la bouito escurado de nòu… au soulèu, semblavo touto de fiò… La tentacioun èro trop grèvo.

 

Fortunato alounguè, pièi, sa man senèstro, e moustrè dóu gros det, pèr-dessus soun espalo, lou mouloun de fen que i’èro adoursa. L’ajudant lou coumprenguè autant-lèu. Abandounè lou bout de la cadeno ; Fortunato se devinè lou soulet prouprietàri de la mostro. Se dreissè autant viéu coume un dam, e s’alunchè de dès pas dóu mouloun de fen, que, quatecant, li vóutejaire se meteguèron à viro-passa.

 

Esperèron pas gaire pèr vèire lou fen boulega ; e un ome saunous, lou pougnard en man, n’en sourtiguè ; mai, coume assajavo de se dreissa, la nafraduro afregido i’enebiguè de teni dre. Cabussè. L’ajudant se rounsè sus éu e ié derrabè soun estilet. Autant-lèu l’encourdèron sarra mau-grat sa resistènci.

 

Gianetto, coucha au sòu em’embraga coume un fais, virè tèsto vers Fortunato que s’èro aproucha.

 

« Fiéu de… ! » ié faguè ‘mé plus de mesprés que de verin.

 

L’enfant ié mandè la pèço d’argènt que n’avié reçaupudo, sachènt proun que se l’ameritavo plus ; mai lou prouscri semblè pas agué remarca ‘quéu mouvamen. Emé tout soun sang-plan, à l’ajudant ié fagué que dire :

 

« Moun brave Gamba, noun pode camina ; vous faudra me carreja en vilo.

  • Tout aro courriés mai lèu qu’un cabròu, rebriquè lou vinçaire crudèu ; mai sigués tranquilas ; siéu tant countènt de te teni, que te cargariéu uno lègo sus mis esquino sèns èstre alassa. D’aiours, moun cambarado, t’anan faire uno lichiero emé de branco e ta capoto ; e à la fermo de Crespoli troubaren de chivau.

  • Bèn, faguè lou presounié ; i’apoundrés pièi un pau de paio à vosto lichiero, que siguèsse mai coumode. »

 

Dóu tèms que li vóutejaire s’óucupavon, lis un à faire uno meno de civiero emé de branco de castagnié, lis autre à pensa la nafro de Gianetto, Mateo Falcone e sa mouié pareiguèron tout d’uno au bescour d’un draiòu que menavo au maquis. La mouié avançavo, emé peno clinado sout lou fais d’un sacas de castagno, dóu tèms que soun ome pavounejavo, rèn qu’un fusiéu en man em’ un autre à la bricolo ; qu’acò’s vergougno pèr un ome de carga d’autre fais que sis armo.

 

Tre vèire li sourdat, l’idèio premiero de Mateo Falcone fuguè que venien pèr l’arresta. Mai perqué ‘questo idèio ? Adounc, Mateo avié quàuqui garrouio emé la pouliço ? Noun. Ome d’un bon renoum, èro, coume se dis, un particulié bèn fama ; mai èro Corse e mountagnòu, e i’a pas gaire de Corse mountagnòu qu’en espepidounant bèn sa memòri, noun i’atrobon quauque pecatoun, coume cop de fusiéu, cop d’estilet em’àutri bachiquello. Mateo, plus qu’un autre, avié la counsciènci tranquilo : que despièi mai de sièis an avié pas vira soun fusiéu contro un ome ; mai pamens èro prudènt, e se campè pèr fin de se bèn apara, s’èro necite.

 

« Femo, faguè à Giuseppa, toumbo toun sa e tèn-te presto. »

 

Óubeïguè tout d’uno. Ié pourgiguè lou fusiéu qu’avié en bricolo e qu’aurié pouscu lou geina. Armè lou qu’avié en man, e s’avancè plan vers soun oustau, coustejant lis aubre que bourdavon lou camin, e lèst, au tout premié gèste verinous, à se traire darrié lou pège lou mai gros, d’ounte aurié pouscu faire fiò à la sousto. Sa femo lou talounavo, pourtant soun fusiéu de relais e sa giberno. L’usanço d’uno bono meinagiero, se i’a batèsto, es de carga lis armo de soun ome.

 

D’un autre las, l’ajudant èro proun soucitous en vesènt Mateo s’avança coume acò, à pas de cat, lou fusiéu en avans e lou det sus lou clavelet.

 

« Se d’asard, se pensè, Mateo s’atroubavo de la parentèlo de Gianetto, o s’èro soun ami, e que vouguèsse l’apara, li tapoun de si dous fusiéu arribarien à dous d’entre nous-autre, de tout segur coume uno letro à la posto, e se m’ajustave, mau-despièi la parentèlo !… »

 

En chancello, chausiguè uno rego tras-que courajouso, la d’avança soulet vers Mateo pèr ié counta l’afaire, en l’abourdant coume un vièi couneissènt ; mai l’entre-vau estré que lou desseparavo de Mateo ié pareiguè long que noun sai.

 

« Hòu ! Eh ! moun vièi cambarado, cridè, coume vai lou biais, moun brave ? Siéu iéu, siéu Gamba, toun cousin. »

 

Mateo, sènso souna mot, s’èro arresta, e, d’à mesuro que l’autre parlavo, levavo plan lou canoun de soun fusiéu, d’un biais qu’èro vira devers lou cèu quouro l’ajudant l’ajougnè.

 

« Bon-jour, fraire, faguè l’ajudant en ié pourgènt la man. I’a forço tèms que t’ai pas vist.

  • Bon-jour, fraire !

  • Ère vengu pèr te douna lou bon-jour de passado, e à ma cousino Pepa. Avèn fach uno grosso estirado vuei ; mai fau pas plagne noste lassige, qu’avèn fach uno bravo preso. Venèn d’empougna Gianetto Sanpiero.

  • Diéu gràci ! mandè Giuseppa. Nous a rauba uno cabro lachiero la semano darniero. »

Gamba s’agauchè à-n’aquéli paraulo.

« Pecaire ! faguè Mateo, avié fam.

 

  • Lou boustigoun s’es defendu coume un lioun, apoundeguè l’ajudant un pau umelia ; m’a tua un de mi vóutejaire, e pas proun d’acò, a roumpu lou bras au capourau Chardon ; mai acò’s pas gaire, qu’èro qu’un Franchimand… Pièi, s’èro tant bèn escoundu, que lou diable l’auriéu pas pouscu destapa. Sènso moun rèire cousin Fortunato, l’auriéu pas jamais pouscu trouba.

  • Fortunato ! mandè Mateo.

  • Fortunato ! tourna-diguè Giuseppa.

  • O, lou Gianetto s’èro escoundu sout aquéu mouloun de fen eilabas ; mai moun rèire cousin m’a moustra la maliço. Coume acò, lou dirai à soun ouncle lou capourau, que ié mandara un bèu presènt pèr sa pago. E soun noum e lou tiéu saran marca dins lou raport qu’espedigarai à Moussu l’avoucat generau.

  • Malan de Diéu ! » faguè souto voues Mateo.

 

Avien rejoun lou destacamen. Gianetto jasènt sus la lichiero èro à mand de parti. Quouro veguè Mateo de coumpagno emé Gamba, faguè bouqueto d’un biais estrange ; pièi, se virant vers la porto de l’oustau, escupiguè sus lou lindau en fasènt :

 

« Oustau d’un traite ! »

 

I’avié pas gaire qu’un ome voulountous pèr la mort qu’aguèsse auja prounouncia lou mot de traite en l’ajustant à Falcone. Un bèu cop d’estilet, que n’i’aurié pas agu besoun d’un segound, n’aurié tout d’uno paga l’escorno. Pamens, Mateo faguè pas rèn autre que de se pourta la man au front coume un ome aclapa.

 

Tre vèire arriba soun paire, Fortunato èro intra dins l’oustau. Pareiguè lèu em’uno grasalo de la, que l’iue souto presentè à Gianetto.

 

« Lèvo-te d’aqui ! » ié mandè lou prouscrit d’uno voues trounadisso.

 

Pièi, se virant vers un di vóutejaire :

 

« Cambarado, douno-me de béure », faguè.

 

Lou sourdat baiè sa coucourdo entre si man, e lou bandit beguè l’aigo que ié baiavo un ome qu’em’éu venié d’escambia de cop de fusiéu. Ié demandè pièi que ié liguèsson li man d’un biais que lis aguèsse crousado sus lou pitre, en plaço de lis agué ligado darrié lis esquino.

 

« M’agrado, fasié, d’èstre ajassa à moun aise. »

 

S’apreissèron de l’acountenta ; pièi l’ajudant dounè lou cop de partènço, faguè sis adessias à Mateo, que ié rebriquè pas rèn, e davalè, s’abrivant vers la plano.

 

Quàsi dès minuto se debanèron avans que Mateo durbiguèsse la bouco. L’enfant alucavo l’iue charpinous quouro sa maire e quouro soun paire, que, s’apielant sus soun fusiéu, l’agachavo, mourbinous.

 

« T’enregues bèn ! faguè enfin Mateo d’uno voues siavo, mai esfraiouso pèr quau couneissié l’ome.

 

  • Moun paire ! » cridè l’enfant, s’avançant, li lagremo is iue coume pèr se traire à si geinoun.

 

Mai Mateo ié mandè :

 

« Liuen de iéu ! »

 

E l’enfant s’aplantè e sengloutè, inmobile, à quàuqui pas de soun paire.

 

Giuseppa s’aprouchè. Venié d’apercebre la cadeno de la mostro, qu’un tros n’en sourtié de la camiso de Fortunato.

 

« Quau t’a baia ‘questo mostro ? demandè d’un toun sevère.

– Moun cousin l’ajudant. »

 

Falcone agantè la mostro, e, la garçant à touto rèsto contro uno pèiro, l’espetè en milo tros.

 

« Femo, faguè, aquest enfant es miéu ? »

 

Li gauto bruno de Giuseppa venguèron d’un rouge de brico.

 

« Dequé dises, Mateo, e sas bèn en quau parles ?

  • Eh bèn, aquest enfant es lou premié de sa raço qu’ague uno trahisoun. »

 

Li senglout e li chouquet de Fortunato recoupèron, e Falcone sèmpre l’afustavo de sis iue de faucoun. Enfin, turtè la terro emé la crosso de soun fusiéu, lou mandè pièi sus soun espalo e reprenguè lou camin dóu maquis en cridant à Fortunato de lou segre. L’enfant óubeïguè.

 

Giuseppa courreguè à l’après de Mateo e l’agantè pèr lou bras.

 

« Es toun fiéu, ié diguè d’uno voues tremoulanto en fissant sis iue negre sus li de soun ome, coume pèr ié legi ço que se debanavo dins soun amo.

 

« Laisso-me, respoundeguè Mateo ; siéu soun paire. »

 

Giuseppa poutounejè soun fiéu e intrè, plourant, dins sa cabano. Se jitè d’à geinoui davans un image de la Vierge e preguè emé fervour. Pamens Falcone caminè quauque dous cènt pas dins lou draiòu e noun s’arrestè que dins un pichot gaudre que ié davalè. Soundè la terro emé la crosso de soun fusiéu e l’atroubè molo em’eisado à cava. L’endré ié semblè counvenènt pèr soun plan.

 

« Fortunato, vai contro aquéu clapas. »

 

L’enfant faguè ço que ié coumandavo, pièi se meteguè d’à geinoui.

 

« Fai ti preguiero.

 

  • Moun paire, moun paire, me tues pas.

  • Fai ti preguiero ! » tourna-diguè Mateo d’uno voues terriblo.

 

L’enfant, tout bretounejant e tout sengloutant, recitè lou Pater e lou Credo. Lou paire, d’uno voues pouderouso, respoundié Amen ! au clava de cado preguiero.

 

« Sas-ti rèn qu’aquéli preguiero ?

  • Moun paire, sabe enca l’Ave Maria e la litanìo que ma tanto m’a apresso. »

  • Es bèn longo, qu’enchau. »

 

L’enfant acabè la litanìo d’une voues atupido.

 

« As acaba ? »

  • Oh ! moun paire, pieta ! pardounas-me ! lou farai plus ! pregarai tant moun cousin lou capourau que faran gràci au Gianetto ! »

 

Parlavo enca ; Mateo avié arma soun fusiéu e l’engautavo en ié fasènt :

 

« Diéu te perdoune ! »

 

De-bado, l’enfant faguè un esfort pèr se leva e estregne li geinoui de soun paire ; mai n’aguè pas lou tèms. Mateo faguè fiò, e Fortunato toumbè mort.

 

Sènso manda un cop d’uei au cadabre, Mateo tourna-prenguè lou camin de soun oustau pèr ana querre un lichet pèr fin de sepeli soun fiéu. Avié pas rèn fa que quàuqui pas quouro rescountrè Giuseppa, que se destrigavo, escoumbourido dóu cop de fiò.

 

« De qu’as fa ? cridè.

  • Justiço.

  • Ount es ?

  • Dins lou gaudre. M’en vau lou sepeli. Es mort en crestian ; ié farai canta uno messo. Demandas à moun fihat Tiodoro Bianchi de veni resta emé nous-autre. »

 

Reviraduro de Mateo Falcone de P. Mérimée pèr Oudilo Delmas

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MATEO FALCONE ( SEGUIDO )

Segur que Gamba semblavo enfeta. Parlavo souto voues emé si sourdat, qu’adeja avien vesita tout l’oustau. Acò demandavo pas gaire de tèms, que la cabano d’un Corse, es rèn qu’uno souleto pèço carrado. Lou garnimen tèn en uno taulo, de banc, de cofre e d’eisino de casso o de meinage. Pamens, lou pichot Fortunato caranchounavo sa cato, e semblavo, guespous, jouï de la bourroulo di vóutejaire e de soun cousin.

Un sourdat se sarrè dóu mouloun de fen. Veguè la cato, e baiè un cop de baïouneto dins lou fen emé negligènci, en jougnènt lis espalo, coume se sentié sa precaucioun ridiculo. Pas rèn bouleguè ; e la caro de l’enfant marquè pas la plus pichoto emoucioun.

L’ajudant e sa troupo se baiavon au Diable ; adejavo, se viravon, de bon, dóu coustat de la plano, coume à mand de s’entourna d’ounte èron vengu, quouro soun chèfe, segur qu’èro que li menaço farien chi ‘mé lou fiéu de Falcone, vouguè faire un darnier esfort e assaja lou poudé di caranchouno e di presènt.

« Rèire cousin, faguè, me sèmbles un gaiard bèn viéu ! Anaras liuen. Mai jogues un marrit jo ‘mé iéu ; e s’aviéu pas pòu de fa peno à moun cousin Mateo, lou diable me patafiole ! te menariéu emé iéu.

  • Bah !

  • Mai, quouro moun cousin sara tourna-vengu, ié countarai l’afaire, e, pèr n’agué menti, te baiara lou fouit jusco sang.

  • Quau saup ?

  • Veiras… Mai, tè… sigués brave, e te baiarai quaucarèn.

  • Iéu, moun cousin, vous baiarai un avis : es que, s’esperés mai, lou Gianetto sara dins lou maquis, e alor faudra mai que d’un boustigoun coume vous pèr l’i’ana cerca. »

L’ajudant tirè de sa pòchi uno mostro d’argènt que coustavo bèn dès escut, e, s’avisant que lis iue dóu pichot Fortunato fouguejavon en l’alucant, ié diguè, fasènt pendoula la mostro au bout de sa cadeno d’acié :

« Boujarroun ! Voudriés bèn agué uno mostro coume aquelo d’aqui pendoulado à toun còu, e permenariés pèr carriero dins Porto-Vecchio, e te gounflariés coume un pavoun ; e li gènt te demandarien : « Quant es d’ouro ? » e ié rebricariés : « Agachas à ma mostro. »

  • Quouro sarai grand, moun ouncle lou capourau me baiara uno mostro.

  • O ; mai lou fiéu de toun ouncle n’a ‘deja uno… pas tant bello qu’aquelo d’aqui, verai… Pamens, es mai jouine que tu. »

L’enfant souspirè.

« E bèn, la vos aquelo mostro, rèire cousin ? »

Fortunato, relucant la mostro, avié tout d’un cat que se ié pourgis un poulastroun tout entié. E coume a dins l’idèio que se trufon d’éu, a crento de l’arpeja, e de cop que i’a, viro lis uie pèr qu’acò ié faguèsse pas lingueto ; mai, de longo, se n’en lipo li brego, e vous sèmblo que dis à soun mèstre : « Qu’es crudèlo, vosto boufounado ! »

Pamens, l’ajudant Gamba, pourgissènt sa mostro, pareissié de bono fe. Fortunato alounguè pas la man ; mai ié diguè ‘m’un sourrire desfecious :

  • « Perqué vous trufès de iéu ?

  • Pèr Diéu ! Noun me trufe pas. Digo-me rèn que mount es Gianetto, e ‘questo mostro es tiéuno. »

Fortunato leissè ‘scapa un sourrire, descresènt ; e, tancant sis iue negre sus aquéli de l’ajudant, assajè de ié legi se se poudié fisa à sa paraulo.

« Que perde moun espaleto, l’ajudant larguè, se te baie pas la mostro à-n’aquesto coundicioun ! Li cambarado n’en soun temouin ; e me n’en pode pas desparaula. »

Parlant coume acò, aprouchavo toujour que mai la mostro, tant que quàsi toucavo la gauto palinello de l’enfant. Sus la caro d’aquéu d’aqui se vesié proun la lucho que se liéuravon dins soun amo l’abramadisso e lou respèt degu à l’espitalita. Soun pitre nus se levavo emé forço, e semblavo à mand d’estoufa. Pamens la mostro balançavo, viravo, e de cop que i’a ié turtavo lou bout dóu nas. Enfin, à cha pau, sa man drecho s’alounguè vers la mostro : la cimo de si det la touquè ; e pesavo tout entiero dins sa man sènso que, pamens, l’ajudant lachèsse l’estremita de la cadeno… lou cadrant èro azuren, la bouito escurado de nòu… au soulèu, semblavo touto de fiò… La tentacioun èro trop grèvo.

Fortunato alounguè, pièi, sa man senèstro, e moustrè dóu gros det, pèr-dessus soun espalo, lou mouloun de fen que i’èro adoursa. L’ajudant lou coumprenguè autant-lèu. Abandounè lou bout de la cadeno ; Fortunato se devinè lou soulet prouprietàri de la mostro. Se dreissè autant viéu coume un dam, e s’alunchè de dès pas dóu mouloun de fen, que, quatecant, li vóutejaire se meteguèron à viro-passa.

Esperèron pas gaire pèr vèire lou fen boulega ; e un ome saunous, lou pougnard en man, n’en sourtiguè ; mai, coume assajavo de se dreissa, la nafraduro afregido i’enebiguè de teni dre. Cabussè. L’ajudant se rounsè sus éu e ié derrabè soun estilet. Autant-lèu l’encourdèron sarra mau-grat sa resistènci.

Gianetto, coucha au sòu em’embraga coume un fais, virè tèsto vers Fortunato que s’èro aproucha.

« Fiéu de… ! » ié faguè ‘mé plus de mesprés que de verin.

L’enfant ié mandè la pèço d’argènt que n’avié reçaupudo, sachènt proun que se l’ameritavo plus ; mai lou prouscri semblè pas agué remarca ‘quéu mouvamen. Emé tout soun sang-plan, à l’ajudant ié fagué que dire :

« Moun brave Gamba, noun pode camina ; vous faudra me carreja en vilo.

  • Tout aro courriés mai lèu qu’un cabròu, rebriquè lou vinçaire crudèu ; mai sigués tranquilas ; siéu tant countènt de te teni, que te cargariéu uno lègo sus mis esquino sèns èstre alassa. D’aiours, moun cambarado, t’anan faire uno lichiero emé de branco e ta capoto ; e à la fermo de Crespoli troubaren de chivau.

  • Bèn, faguè lou presounié ; i’apoundrés pièi un pau de paio à vosto lichiero, que siguèsse mai coumode. »

Dóu tèms que li vóutejaire s’óucupavon, lis un à faire uno meno de civiero emé de branco de castagnié, lis autre à pensa la nafro de Gianetto, Mateo Falcone e sa mouié pareiguèron tout d’uno au bescour d’un draiòu que menavo au maquis. La mouié avançavo, emé peno clinado sout lou fais d’un sacas de castagno, dóu tèms que soun ome pavounejavo, rèn qu’un fusiéu en man em’ un autre à la bricolo ; qu’acò’s vergougno pèr un ome de carga d’autre fais que sis armo.

Tre vèire li sourdat, l’idèio premiero de Mateo Falcone fuguè que venien pèr l’arresta. Mai perqué ‘questo idèio ? Adounc, Mateo avié quàuqui garrouio emé la pouliço ? Noun. Ome d’un bon renoum, èro, coume se dis, un particulié bèn fama ; mai èro Corse e mountagnòu, e i’a pas gaire de Corse mountagnòu qu’en espepidounant bèn sa memòri, noun i’atrobon quauque pecatoun, coume cop de fusiéu, cop d’estilet em’àutri bachiquello. Mateo, plus qu’un autre, avié la counsciènci tranquilo : que despièi mai de sièis an avié pas vira soun fusiéu contro un ome ; mai pamens èro prudènt, e se campè pèr fin de se bèn apara, s’èro necite.

« Femo, faguè à Giuseppa, toumbo toun sa e tèn-te presto. »

Óubeïguè tout d’uno. Ié pourgiguè lou fusiéu qu’avié en bricolo e qu’aurié pouscu lou geina. Armè lou qu’avié en man, e s’avancè plan vers soun oustau, coustejant lis aubre que bourdavon lou camin, e lèst, au tout premié gèste verinous, à se traire darrié lou pège lou mai gros, d’ounte aurié pouscu faire fiò à la sousto. Sa femo lou talounavo, pourtant soun fusiéu de relais e sa giberno. L’usanço d’uno bono meinagiero, se i’a batèsto, es de carga lis armo de soun ome.

D’un autre las, l’ajudant èro proun soucitous en vesènt Mateo s’avança coume acò, à pas de cat, lou fusiéu en avans e lou det sus lou clavelet.

« Se d’asard, se pensè, Mateo s’atroubavo de la parentèlo de Gianetto, o s’èro soun ami, e que vouguèsse l’apara, li tapoun de si dous fusiéu arribarien à dous d’entre nous-autre, de tout segur coume uno letro à la posto, e se m’ajustave, mau-despièi la parentèlo !… »

En chancello, chausiguè uno rego tras-que courajouso, la d’avança soulet vers Mateo pèr ié counta l’afaire, en l’abourdant coume un vièi couneissènt ; mai l’entre-vau estré que lou desseparavo de Mateo ié pareiguè long que noun sai.

« Hòu ! Eh ! moun vièi cambarado, cridè, coume vai lou biais, moun brave ? Siéu iéu, siéu Gamba, toun cousin. »

Mateo, sènso souna mot, s’èro arresta, e, d’à mesuro que l’autre parlavo, levavo plan lou canoun de soun fusiéu, d’un biais qu’èro vira devers lou cèu quouro l’ajudant l’ajougnè.

« Bon-jour, fraire, faguè l’ajudant en ié pourgènt la man. I’a forço tèms que t’ai pas vist.

  • Bon-jour, fraire !

  • Ère vengu pèr te douna lou bon-jour de passado, e à ma cousino Pepa. Avèn fach uno grosso estirado vuei ; mai fau pas plagne noste lassige, qu’avèn fach uno bravo preso. Venèn d’empougna Gianetto Sanpiero.

  • Diéu gràci ! mandè Giuseppa. Nous a rauba uno cabro lachiero la semano darniero. »

Gamba s’agauchè à-n’aquéli paraulo.

« Pecaire ! faguè Mateo, avié fam.

  • Lou boustigoun s’es defendu coume un lioun, apoundeguè l’ajudant un pau umelia ; m’a tua un de mi vóutejaire, e pas proun d’acò, a roumpu lou bras au capourau Chardon ; mai acò’s pas gaire, qu’èro qu’un Franchimand… Pièi, s’èro tant bèn escoundu, que lou diable l’auriéu pas pouscu destapa. Sènso moun rèire cousin Fortunato, l’auriéu pas jamais pouscu trouba.

  • Fortunato ! mandè Mateo.

  • Fortunato ! tourna-diguè Giuseppa.

  • O, lou Gianetto s’èro escoundu sout aquéu mouloun de fen eilabas ; mai moun rèire cousin m’a moustra la maliço. Coume acò, lou dirai à soun ouncle lou capourau, que ié mandara un bèu presènt pèr sa pago. E soun noum e lou tiéu saran marca dins lou raport qu’espedigarai à Moussu l’avoucat generau.

  • Malan de Diéu ! » faguè souto voues Mateo.

Avien rejoun lou destacamen. Gianetto jasènt sus la lichiero èro à mand de parti. Quouro veguè Mateo de coumpagno emé Gamba, faguè bouqueto d’un biais estrange ; pièi, se virant vers la porto de l’oustau, escupiguè sus lou lindau en fasènt :

« Oustau d’un traite ! »

I’avié pas gaire qu’un ome voulountous pèr la mort qu’aguèsse auja prounouncia lou mot de traite en l’ajustant à Falcone. Un bèu cop d’estilet, que n’i’aurié pas agu besoun d’un segound, n’aurié tout d’uno paga l’escorno. Pamens, Mateo faguè pas rèn autre que de se pourta la man au front coume un ome aclapa.

Tre vèire arriba soun paire, Fortunato èro intra dins l’oustau. Pareiguè lèu em’uno grasalo de la, que l’iue souto presentè à Gianetto.

« Lèvo-te d’aqui ! » ié mandè lou prouscrit d’uno voues trounadisso.

Pièi, se virant vers un di vóutejaire :

« Cambarado, douno-me de béure », faguè.

Lou sourdat baiè sa coucourdo entre si man, e lou bandit beguè l’aigo que ié baiavo un ome qu’em’éu venié d’escambia de cop de fusiéu. Ié demandè pièi que ié liguèsson li man d’un biais que lis aguèsse crousado sus lou pitre, en plaço de lis agué ligado darrié lis esquino.

« M’agrado, fasié, d’èstre ajassa à moun aise. »

S’apreissèron de l’acountenta ; pièi l’ajudant dounè lou cop de partènço, faguè sis adessias à Mateo, que ié rebriquè pas rèn, e davalè, s’abrivant vers la plano.

Quàsi dès minuto se debanèron avans que Mateo durbiguèsse la bouco. L’enfant alucavo l’iue charpinous quouro sa maire e quouro soun paire, que, s’apielant sus soun fusiéu, l’agachavo, mourbinous.

« T’enregues bèn ! faguè enfin Mateo d’uno voues siavo, mai esfraiouso pèr quau couneissié l’ome.

  • Moun paire ! » cridè l’enfant, s’avançant, li lagremo is iue coume pèr se traire à si geinoun.

Mai Mateo ié mandè :

« Liuen de iéu ! »

E l’enfant s’aplantè e sengloutè, inmobile, à quàuqui pas de soun paire.

Giuseppa s’aprouchè. Venié d’apercebre la cadeno de la mostro, qu’un tros n’en sourtié de la camiso de Fortunato.

« Quau t’a baia ‘questo mostro ? demandè d’un toun sevère.

– Moun cousin l’ajudant. »

Falcone agantè la mostro, e, la garçant à touto rèsto contro uno pèiro, l’espetè en milo tros.

« Femo, faguè, aquest enfant es miéu ? »

Li gauto bruno de Giuseppa venguèron d’un rouge de brico.

« Dequé dises, Mateo, e sas bèn en quau parles ?

  • Eh bèn, aquest enfant es lou premié de sa raço qu’ague uno trahisoun. »

Li senglout e li chouquet de Fortunato recoupèron, e Falcone sèmpre l’afustavo de sis iue de faucoun. Enfin, turtè la terro emé la crosso de soun fusiéu, lou mandè pièi sus soun espalo e reprenguè lou camin dóu maquis en cridant à Fortunato de lou segre. L’enfant óubeïguè.

Giuseppa courreguè à l’après de Mateo e l’agantè pèr lou bras.

« Es toun fiéu, ié diguè d’uno voues tremoulanto en fissant sis iue negre sus li de soun ome, coume pèr ié legi ço que se debanavo dins soun amo.

« Laisso-me, respoundeguè Mateo ; siéu soun paire. »

Giuseppa poutounejè soun fiéu e intrè, plourant, dins sa cabano. Se jitè d’à geinoui davans un image de la Vierge e preguè emé fervour. Pamens Falcone caminè quauque dous cènt pas dins lou draiòu e noun s’arrestè que dins un pichot gaudre que ié davalè. Soundè la terro emé la crosso de soun fusiéu e l’atroubè molo em’eisado à cava. L’endré ié semblè counvenènt pèr soun plan.

« Fortunato, vai contro aquéu clapas. »

L’enfant faguè ço que ié coumandavo, pièi se meteguè d’à geinoui.

« Fas ti preguiero.

  • Moun paire, moun paire, me tues pas.

  • Fas ti preguiero ! » tourna-diguè Mateo d’uno voues terriblo.

L’enfant, tout bretounejant e tout sengloutant, recitè lou Pater e lou Credo. Lou paire, d’uno voues pouderouso, respoundié Amen ! au clava de cado preguiero.

« Sas-ti rèn qu’aquéli preguiero ?

  • Moun paire, sabe enca l’Ave Maria e la litanìo que ma tanto m’a apresso. »

  • Es bèn longo, qu’enchau. »

L’enfant acabè la litanìo d’une voues atupido.

« As acaba ? »

  • Oh ! moun paire, pieta ! pardounas-me ! lou farai plus ! pregarai tant moun cousin lou capourau que faran gràci au Gianetto ! »

Parlavo enca ; Mateo avié arma soun fusiéu e l’engautavo en ié fasènt :

« Diéu te perdoune ! »

De-bado, l’enfant faguè un esfort pèr se leva e estregne li geinoui de soun paire ; mai n’aguè pas lou tèms. Mateo faguè fiò, e Fortunato toumbè mort.

Sènso manda un cop d’uei au cadabre, Mateo tourna-prenguè lou camin de soun oustau pèr ana querre un lichet pèr fin de sepeli soun fiéu. Avié pas rèn fa que quàuqui pas quouro rescountrè Giuseppa, que se destrigavo, escoumbourido dóu cop de fiò.

« De qu’as fa ? cridè.

  • Justiço.

  • Ount es ?

  • Dins lou gaudre. M’en vau lou sepeli. Es mort en crestian ; ié farai canta uno messo. Demandas à moun fihat Tiodoro Bianchi de veni resta emé nous-autre. »

Reviraduro de Mateo Falcone de P. Mérimée pèr Oudilo Delmas