Archives pour la catégorie Pichot cous de literaturo

Louis Bellaud de la Bellaudière : LOU POUÈTO AMOUROUS DE PROUVÈNÇO

Louis Bellaud de la Bellaudière

Lou Pouèto amourous de Prouvènço

BIBLIOUGRAFÌO

 

CHABAUD Sylvain, 2010, Obros e Rimos (sonnets et autres rimes de la prison), edicioun critico, Prèisso Universitàri de Mediterragno, Mount-Pelié

 À respèt de l’edicioun de l’obro de Bellaud, aquel oubrage n’apouncho pas un fus. D’efèt, lou soulet tèste presenta s’atrobo adeja dins l’edicioun óuriginalo de 1595 e tourna-presenta dins un « reprint » foutougrafi, tras-que bèn fa, is edicioun Lafitte (Marsiho, 1974).

 

D’aiours, Sylvain Chabaud recounèis (p. 27) l’emplé d’aquéu « reprint » pèr lou siéu travai : « Notre édition s’est appuyée sur la réédition photographique d’un exemplaire de 1595 par les soins des éditions Lafitte Reprint en 1974. »

 

Adounc l’edicioun di Prèisso Universitàri de Mediterragno patis d’un gros desavèni que presènto pas rèn qu’un tros de l’obro bellaudenco : Les Obros e rimos prouvenssalos. La re-edicioun foutougrafico presènto, pèr quant à-n’elo, lou tout emé lis Obros e rimos, lou Don-don infernal e Lous Passatens.

 

BELLAUD DE LA BELLAUDIERE, Obros e Rimos Prouvenssalos, estampage foutougrafi de l’edicioun óuriginalo de 1595, edicioun Lafitte, 1974, Marsiho.

 

Ço que vau, dins aquel oubrage, es que, d’en premié, pourgis l’ensèn de l’edicioun de 1595. I’atrouban li tres partido de l’obro bellaudenco, Obros e Rimos, Lou Don don infernal e Lous Passatens.

Dedins, i’a, pièi, li noumbróusi pèço dedicatòri (toumbèu) de 1595, degudo i noumbrous pouèto prouvençau ami de Bellaud e la « barbouillado » de soun parènt emai disciple Pèire Paul, ço que fai coumprene quant èro impourtant, lou Bellaud, pèr la literaturo prouvençalo de soun tèms, e maje l’aflat de soun obro sus la soucieta e la vido poulitico prouvençalo de soun epoco.

 

Enfin, e n’es pas lou mendre interès d’aquel oubrage, l’editour Lafitte apound à l’edicioun de 1595 lou flame estùdi criti de 1952 – uno referènci vertadiero – d’Aguste Brun, proufessour à la Faculta de Letro d’Ais-de-Prouvènço : « Bellaud de la Bellaudière, poète provençal du XVIe siècle », edicioun de la Faculta de Letro, 1952, Ais.

 

Aguste BRUN, Bellaud de la Bellaudière, poète provençal du XVIe siècle, 1952, is edicioun de la Faculta de Letro, Ais-de-Prouvènço (es aquéu d’aqui qu’apoundeguèron is obro coumplèto de Bellaud dins lou retipe Lafitte).

 

Obros et Rimos Prouvenssalos, le Don-Don infernal, Lous Passatens, Pèire Mascaron, 1595, Marsiho.

 

 

POURTISSOUN

 

La pouësìo éuroupenco dins uno lengo autro que latino coumenço vertadieramen au clava dóu siècle 11. S’espremis dins la lengo coumuno di castèu, la kouïnè di troubadou.

 

Dins li païs d’O, dins lou nord de l’Itàli, en Catalougno, aquesto pouësìo s’avalis pas avans lou fin-bout dóu siècle 13.

 

Un di tèmo maje d’aquelo pouësìo troubadourenco, es l’amour d’uno dono idealisado. Souvènti-cop, la dono pantaiado n’es pas rèn qu’uno escampo pèr l’obro pouëtico.

 

La tematico se coutùnio au siècle 14, en Itàli, emé Dante cantant Beatris, pièi emé Petrarco cantant Lauro dins la formo particuliero dóu sounet.

 

Au siècle 16, la descuberto dóu sounet italian de Petrarco pèr li pouèto francés counvido aquéli d’aqui à l’emplé de la memo formo pouëtico.

 

Adounc, en sounet, Ronsard, du Bellay, la Pleiado… tournon-emplega la tematico d’uno dono pantaiado. Quàuquis annado après, es en lengo prouvençalo que Bellaud de la Bellaudière se i’endraio.

 

Mai se la formo dóu sounet i’es toujour, lou pouèto prouvençau n’en bourroulo la tematico, levant de cassolo la femo pantaiado, idealisado.

 

Bellaud de la Bellaudière adrèisso un cant d’amour vertadié à la Prouvènço vertadiero de soun tèms, la que counèis, la de sis ami.

 

 

BIOUGRAFÌO DE Louis BELLAUD de la BELLAUDIÈRE

Grasso, 1543-1588

 

Louis Bellaud de la Bellaudière nais dins uno famiho grassenco, de pichoto noublesso de raubo. Un cop la despartido de soun paire, sa maire quito Grasso pèr ana planta caviho à-z’Ais. S’a fa Sant-Michèu, es dins l’idèio d’ajuda is estùdi de sis enfant emai de jougne la siéuno famiho, d’óurigino selounenco.

 

Louis es l’einat di tres drole mais i’a tambèn uno sorre devers maire Marto Dalmas nascudo d’un proumié maridage. Aquelo sorre marido Aubertin Mazin, un catau grassen. Fan un pichot, Cristòu Mazin, que vendra viguié à Grasso e recatara Bellaud au fin bout de sa vido.

 

Louis Bellaud de la Bellaudière mor à Grasso en 1588. Pèr sa dato de neissènço, l’edicioun dis obro coumplèto en 1595 baio dous entre-signe bèn diferènt. D’efèt, « l’éloge à Bellaud » à la debuto de l’oubrage prepauso la dato de 1533 quouro à la pajo d’avans, un retra de Bellaud, reprouducioun d’uno obro de 1583 (Bellaud, toujour viéu, aurié pouscu castiga la deco) endico 1543. Vaqui la dato retengudo pèr lou meiour especialisto de Bellaud, Aguste Brun. Adounc, es elo que retendren.

 

Pèr ço qu’es de la biougrafìo de Bellaud, noun fau pas faire osco de soun panegiri « éloge de Bellaud » : sabèn pas rèn de soun autour que, belèu, aurié pas meme couneigu Bellaud de soun vivènt e qu’afiermo de causo que soun pas.

 

D’efèt, de 1543 à 1572, Louis viéu subre-tout à-z’Ais. Estùdio lou dre quouro autant li cous coume lis oubrage soun en latin. Adounc, Bellaud counèis lou latin, au contro de ço que n’en dis « l’éloge ».

 

E parié, fai pas rèn qu’uno passado de quàuqui mes dins l’armado, en 1572. A pas rèn d’un militàri.

 

Lou countingènt reiau e catouli que se i’enrolo dèu embarca à Bourdèu pèr lucha contro lou rèi d’Espagno (alianço dóu rèi emé li proutestant d’Anglo-Terro e di Païs-Bas). L’alianço emé li païs proutestant, roumpudo après la St Bartoumiéu – 24 d’avoust de 1572 – anulon l’espedicioun militàri. Bellaud s’entourno à-z’Ais emé cinq coumpan. Lis arreston en camin. Engabiolon Bellaud à Moulins lou 20 de nouvèmbre de 1572, ié rèsto vint mes de tèms jusco jun de 1574.

 

Sènso argènt mai liéure, s’entourno à-z’ Ais. En 1577, lou vaqui estaca à l’Oustau d’Enri d’Engoulèime, nouvèu gouvernour de Prouvènço e Grand Priéu de l’Ordre de Malte. Aquéu d’aqui, coume forço ami de Bellaud dins la nauto soucieta, i’a pas vira l’esquino. D’acò, n’en poudèn counclure qu’avien pas tant grosso fauto mouralo à reproucha au Bellaud. Louis fai partido di noumbrous escrivan entretengu pèr Enri d’Engoulèime que mourira après un duèl, lou 2 de jun de 1586. Plus ges de prouteitour pèr abari Bellaud !

Es de nouta dous passage de Bellaud de la Bellaudière dins la presoun sestiano en 1583 e 1585 (i’escriéu lou Don-don infernal).

 

Jamai, dins sa pouësìo, Bellaud n’esplico lou perqué dis evenimen de sa vido. S’acountento de dire qu’es ana à Paris pèr sis afaire.

 

Après la despartido d’Enri d’Engoulèime (1586), Bellaud viéu, uno passado, à Marsiho encò de soun ouncle pèr alianço Pèire Paul. Pièi, istala à Grasso, encò de soun nebout Cristòu Mazin, ié mor en 1588.

 

De sa vido, avien jamai publica de soun obro que lou Don-don infernal, en 1585.

 

De Bellaud, lis archivo o li memòri de soun tèms n’en dison pas rèn.

 

Mai un cop defunta, la legèndo se n’apoudero : adeja, « L’éloge », panegiri dreissa en tèsto de l’edicioun poustumo de sis obro (1595), sèt an après sa mort, es autant roumansa, autant faus coume la biougrafìo d’un troubadou dóu siècle 13.

 

Bellaud de la Bellaudière, la Republico de Marsiho e Carle de Casaulx (21 de febrié de 1591 – 17 de febrié de 1596)

 

Editon lis obro coumplèto de Bellaud en 1595, dins un tèms qu’un segnour de guerro que ié diran Enri lou Quatren, beilejavo Franço.

 

D’efèt, lis Obros e Rimos prouvenssalos de Bellaud soun lou proumier oubrage estampa à Marsiho, sus la proumiero emprimarié foundado pèr la Republico de Marsiho dins aquesto vilo.

 

La Republico de Marsiho e Carle de Casaulx, lou proumié magistrat que s’es chausi touto souleto, resiston à l’agarrido d’Enri lou Quatren, tant pèr soun poudé militàri, qu’ecounoumi emai enca culturau en publicant la pouësìo en lengo prouvençalo de Bellaud.

 

D’aiours, Carle de Casaulx pago aquelo edicioun di dardèno siéuno.

 

Aquesto resistanço marsiheso sara roumpudo pèr un tuaire paga pèr Enri lou Quatren : escoutellon Carle de Casaulx e duerbon li porto de la ciéuta.

 

Lou pouèto amourous de Prouvènço

 

You mouory de regret, pensant à la partenso

Que fayre siou coustrench au terren franchiman

Car senty que mous hueils eyla mourran de fan

Luench de mou beou souleou qu’esclaro la Prouvenso.

 

Aquéli quatre proumié vers dóu sounet 149, de Lous Passatens soun pas escri dóu tèms que Bellaud es engabioula. Lou plagnun dóu pouèto vèn pas dóu manco de liberta mai soun crid pougnènt resulto de ço que dèu mounta à Paris : un crèbo-cor, un làngui anticipa que se vèi en liò dins l’escrituro pouëtico dóu siècle 16.

 

De fes que i’a, la pouësìo franchimando de Ronsard o du Bellay se viro « vers son clocher angevin ou vendômois » mai sèns lis acènt pertoucant de Bellaud quand parlo de sa desseparacioun d’emé Prouvènço.

 

La pouësìo bellaudenco s’adrèisso en d’endré precis de Prouvènço. En mai d’acò, la lengo coume l’envirouno n’es, de-bon, prouvençalo.

 

Prouvènço es lou soulet amour vertadié canta pèr Bellaud. Bellaud, engabioula, noun pantaio rèn que de s’entourna en Prouvènço. Lou crido, pèr eisèmple, dins un di sounet (91) de presoun dis Obros e Rimos Prouvensalos : « Tout mou couor à talen de tirar en Prouvenso ».

La pouësìo bellaudenco – bèn coumpresso – se pòu pas visaja en deforo dis endré precis – ciéuta, campagno, vilage -couneigu pèr lou pouèto. Acò mostro proun que s’agis pas d’uno Prouvènço pantaiado, d’uno Arcadìo prouvençalo (terro idilenco pastouralo pantaiado, l’óurigino dóu mot vèn de l’escrivan Jacopo Sannazaro -1483-1501- pèr soun Arcadia).

 

Poudèn leva quàuquis eisèmple d’aquelo loucalisacioun preciso de la pouësìo de Bellaud. Pèr li vilage : Bedarrido, Fuvèu, Soulié, Ourgoun, Sant-Roumié, Carcès, Li Baus, l’Isclo de la Coumtat. Demié li vilo li mai souvènti-cop noutado : Avignoun, Arle, mai tambèn Tarascoun, Seloun, Marsiho, Grasso, Ais, Lou Martegue, Brignolo, Draguignan, Frèju, Touloun.

 

Dins la vido-vidanto, adounc dins la pouësìo de Bellaud, Prouvènço es d’en pertout, dins la pinturo de si sceno agricolo, de si païsage, de si fèsto, jusco dins sa cousino e si proudu… Li vers de Bellaud, à de rèng, evocon li figo de Marsiho, la boutargo dóu Martegue, lou vin de Bedarrido, lou de Crau, li froumajoun di Baus. Eisèmple :

 

A la villo das Baus per uno flourinado,

Avez de froumajons uno pleno faudado,

Que coumo sucre fin fondon au gargasson.

(Obros 41, p. 75)

 

Presounié, escriéu de sounet que dedins i’a de sceno agricolo prouvençalo. Vaqui coume lou cli-cla di clau e di sarraio de la presoun de Moulins i’evoco li vendémi prouvençalo e lou cascavèu dis ase tirassant li grapo. (sounet 119 dis Obros) :

 

So que s’és son diablons, claux et brut de sarraillos

Si ben que m’es avist que pouorty las sounaillos,

Das azes dau païs quand vindimis sy fan.

 

 

Dins sa pouësìo, Bellaud de la Bellaudière, lou pouèto amourous de Prouvènço, pinto tambèn li fèsto prouvençalo : la Fèsto-Diéu à-z’Ais, li ferrado… Pèr eisèmple, vaqui ço que dis dins lou sounet 128 dis Obros à prepaus d’uno ferrado que i’èro :

 

Quand my souven dau tens qu’anian à la ferrado

Tu et my et Hauzier, Leoucato et Icard

Et que per abourdar la tourre dau ballouard

Esteran pres d’un jourt et tout la vesprenado.

 

Uno farandoulo descadenado es menado pèr Bellaud pèr de fèsto, à Draguignan (Passatens, sounet 87) :

 

Tout so qu’atroubavian ero pres per la man

Et fousso ben Monsur, Madamo ou sa chambriéro.

 

Arle, Avignoun, e subre-tout aquelo d’aqui, veici ço que i’agrado tant. Vaqui un di sounet que ié canto lou mieus la ciéuta papalo (Obros, sounet 107) :

 

Villo de promission et dau cél benheurado,

Villo de tout soulas et gloutons passatens

Villo que coumm’un huou syés pleno de tous bens

Et que l’alme Jupin de sa man t’a pausado,

 

A bon drech d’un esmail Flora t’a bigarado

Et lou Diou cabro-pedz farcido d’instrumens,

Puis, l’enfant Cherubin, prodigue de l’encens,

A tous flancs embugat per l’humano bregado.

 

Ton plus daurat butin es un eyssan de fillos

Que pouorton sus lou frond millo flamos gentillos

Per virar souto-sus l’esmaillado meyson.

 

Per que vueille lou cél gardar que sus ta testo

Lou gamby cautelous non forge la tempesto

Afin de non troublar ta gourriero seson !

 

COUNCLUSIOUN

 

Emé Bellaud de la Bellaudière, coume emé si rèire de l’Age-Mejan, li troubadou, e coume emé si pròchi countempouran de la Reneissènço franceso, i’a toujour un cant d’amour.

 

Mai lou cant d’amour bellauden presènto uno revoulucioun tematico doublo. D’un las, Bellaud noun canto plus l’amour d’uno Dono mai lou d’un païs. D’un autre las, aquéu cant d’aqui noun celèbro plus quicon de pantaia, un fantasmo, « un amour de liuen », mai quicon de vertadié, de soulide, la Prouvènço de soun tèms.

 

Aguste Brun, l’analisto lou meiour de Bellaud de la Bellaudière enjusco vuei, a nouta, lou bèu proumié, que lou pouèto prouvençau noun canto pas un païs pantaia, uno Arcadìo prouvençalo, mai la Prouvènço vertadiero. Dins sa pouësìo, Bellaud pinto d’endré, d’endevenènço, de prouvençau tau coume li counèis. D’èstre amourous d’un païs vertadié, de lou pinta dins un cant d’amour, n’en vaqui uno, de bourroulo, dins la pouësìo éuroupenco.

 

Bellaud canto aquelo Prouvènço realo, d’Avignoun, Arle, Seloun, Ais… dins la lengo d’aquéu païs, lou prouvençau. Un amourous autre dóu païs, lou tribun poupulàri de la Republico de Marsiho, Carle de Casaulx, quàuquis annado après la mort de Bellaud, pago de si sòu la proumiero edicioun coumplèto de l’obro bellaudenco. Vaqui coume la resistènci de la Republico de Marsiho à l’agarrido franchimando es pas rèn que militàri, mai enca culturalo : lou proumié libre publica pèr l’estamparié marsiheso, es lou recuei bellauden en lengo prouvençalo.

 

Bellaud, bèu proumié, canto la Prouvènço vertadiero dóu siècle 16. Soun obro duerb lou tai en d’àutri chantre de Prouvènço. Au siècle 19, dins Memòri e Raconte, au cant 11 que i’a mes « l’espelisoun de Mirèio », Mistral fiso que, dóu tèms qu’escrivié Mirèio, sa toco èro de « reviéuda en Prouvènço lou sentimen de raço. »

 

D’arbaud, au siècle 20, dins sa « Cansoun gardiano » vòu manda lou signau de la batèsto (faguen signau) pèr fin de « sauva la terro e l’us naciounau ».

 

Vuei enca, Jan-Pèire Tennevin dins sa Darriero cartoucho afiermo sa voulounta d’apara Prouvènço, sa lengo, soun pople e soun identita. Prouvènço longo-mai.

Jan DIONIS

________________________________________________________________________

« FRANCIS GAG » LOU VIN DEI PADRE E LA PENSADO DE SANT-FRANCÉS D’ASSISE

LOU VIN DEI PADRE

(Francis Gagliolo 1900-1988)

 

Un titre es pas mai qu’un titre… ço qu’anan vèire dins l’estùdi que i’an mes « Francis Gag, Lou vin dei Padre e la pensado de Sant Francés d’Assise ».

 

Segur qu’à respèt d’aquéu titre, aurian pouscu leva lou coustat poupulàri de l’obro. Aurian mai pouscu parla d’àutris obro de Gag tant proche pèr l’esperit dóu Vin dei Padre, coume li dos pastouralo Calena e La marche à la Crèche, coume la pèço Lu doui vièi, coume li vint an que, de-longo, sus la radiò niçardo, Francis Gag éu-meme i’encarnè lou persounage tant poupulàri de Tanto Vitourino. Mai Lou vin dei Padre es autambèn un cap d’obro dóu tiatre niçard coume lou resson de ço que, jusco dins soun èime founs, pertoco Francis Gag. Basto, s’agis de la siéuno filousoufìo de vido.

 

Segur que, dins aquel estùdi, d’encourregudo vers lis àutris obro de Francis Gag, n’i aura… meme se Lou vin dei Padre, obro poulisemico, nous baio mai e miéus que tóuti lis autre : soun identita niçardo, soun biais carnavalen e, mai que-tout, sa bounta, soun óutimismo tout franciscan.

 

Lou titre d’aquelo pèço, Lou vin dei Padre, noun dèu pas engana que s’agis pas d’istòri de prèire : lou pople niçard dis « paire » en tout ome de la glèiso, i mounge emai i fraire d’un ordre religious.

 

Sabèn pas en queto annado la pèço se pòu debana. Belèu lou premié cop que jouguèron la pèço, en 1937 ? Belèu cinquante an avans ?

 

S’agis d’uno istòri vertadiero, que marco l’identita niçardo : en 1543, li Tur de Khaïr-El-Din Barberousse, vassau de La Porto (Empèri Óutouman), tóuti gènt coumanda de liuen pèr li francés de Francés 1é, assiejon Niço, ciéuta en-foro dóu reiaume de Franço à l’epoco. Es aqui, à l’óucasioun d’aquelo agarrido francò-turco, que s’ilustro l’erouïno niçardo Catarina Segurana, uno que, pèr l’identita niçardo es un pau coume la Jano d’Arc vo lou Generau de Gaulle di francés. Catarina Segurana es l’erouïno foundairis que lou pople de la Coumtat de Niço se ié counèisson toujour.

 

Francis Gag a leva soun sujèt dóu Vin dei Padre d’un oubrage de A. Lacoste, Nice à travers les âges, Chroniques et légendes, ed. Malvagno-Mignon, 1884, Niço.

 

Lor dóu sèti de 1543, li fraire capouchin, que soun couvènt es esta tout entié aclapa, lou volon tourna-auboura. Li beneditin de Sant-Pons, de richas, ié fan presènt d’uno terro que ié dison Sant Bartoumiéu, sus li colo de Cimiés. Mai l’abat di beneditin se reservo un óumage particulié : cade 24 d’avoust, fèsto de soun couvènt, li capouchin ié dèvon pourgi uno barricasso d’aigo benesido. En escàmbi, li beneditin i’en baion uno de vin de messo di meiour. Nous fau assaupre que, segound lis istourian, la terro sarié pas esta baiado en de capouchin (franciscan refourma) mai en d’àutri franciscan refourma, li de l’Óusservanço.

 

Avans d’espepidouna li tres aspèt – identitàri, carnavalen, filousoufi – dóu Vin dei Padre, avèn de resumi l’obro : lou 23 d’avoust, vèio de l’escàmbi annau « aigo benesido contro vin de messo », Ilarioun, Gregòri, Mansuet e Bonaventuro soun recampa dins l’ataié d’escrituro di capouchin. Dous à cha dous, se diton d’istòri despariero. Ilarioun conto lou sèti de Niço pèr li francò-tur en 1543 que s’ilustrè Catarina Segurana, la destrucioun dóu premié couvènt di capouchin e si revirado. Mansuet, pèr quant à-n’éu, retrais la traslacioun di relicle de Santo Petrouniho, de Roumo à Niço, en 1697.

 

Francis Gag es pas aqui pèr aprene quaucarèn à soun publi. Gramaci lou raconte de si fraire, s’acountento de rapela ço que cade espetatour niçard counèis de soun istòri. Entre l’autour e soun publi, lou liame se tèis, eisa : an tóuti li mémi referènci culturalo. Arribo, pièi, lou superiour di capouchin, Mgr Tadiéu qu’anóuncio i quatre capouchin ço qu’auran de faire l’endeman : es éli que faran l’ana-veni emé li bouto d’aigo benesido e de vin de messo.

 

Autre tèms, autre liò : dins la croto di beneditin, frai Eliacin aculis li quatre capouchin que, jusqu’au moustié de Sant Pons, an buta sa bouto d’aigo benesido sout lou gros soulèu d’avoust. Li reviscoulo que ié fai tasta li vin li meiour. Vaqui, pièi, nòsti capouchin, tirassant uno barrico de vin de messo, à la cimo d’uno colo. Creba pèr la calourasso e lou vin de la croto, bevon de vin de messo de la bouto e i’apoundon d’aigo pèr remplaça ço que defauto.

 

Retour au couvènt di capouchin. Lou pourtié dóu couvènt, Crisoustome e lou superiour di beneditin vènon d’arriba. Lou pourtié esplico lou malastre : la grosso barrico a davala e espeta la lourdo dóu couvènt de Sant Bartoumiéu, vuei, dubert en tóuti. En mai d’acò, a tout gasta dins lou bèu jardin e trenca la co dóu dogue. S’arrestè pièi, sènso degai pèr elo, la barrico de vin de messo.

 

I – L’èime identitàri niçard :

 

Mai que tout, aquel èime identitàri niçard parèis dins la chausido de la tematico dóu vin que lou titre i’anóuncio « lou vin » e « li paire ». Or, se la religioun crestiano se pòu pas dessepara de la tradicioun dóu vin, que, lor de la messo, se tremudo en sang de Crist, lou vin se pòu pas dessepara dóu bèn viéure dóu païs niçard.

 

Quauque 30 an après la revoulucioun viticolo de 1907, en 1937, Lou Vin dei Padre espelis. À Niço, tre 1933, lou vin s’avalouro bono-di la fèsto dóu vin.

 

Mai aquel èime identitàri niçard se counèis enca que tre, la debuto, se parlo dóu sèti de Niço pèr li francò-tur en 1543 : « E veici qu’en l’an 1543 […] Es aqui que Catarina Segurana illustret lou siéu noum ».

Dins lou meme tablèu un autre fraire evoco l’arribado à Niço en 1697 di relicle de Santo Petrouniho, provo que l’identita niçardo se pòu pas dessepara de la religiouseta catoulico.

 

L’èime identitàri niçard ié parèis tambèn quouro, dins la croto d’Eliacin, se tasto quatre vin de quatre terraire de la Coumtat de Niço.

 

II – Lou biais carnavalen dóu « Vin dei Padre »

 

Carnava segnourejo emé li citacioun biblico desvirado de l’ancian e dóu nouvèu testamen pèr li capouchin e meme pèr soun superiour, Mgr Tadiéu : es ansin que reviro l’espèro dóu vin de messo emé lou tros dóu saume 129-130 : « du matin bonne heure jusqu’à la nuit, Israël attendit en Dieu. » Emé si paraulo, li capouchin vènon lou pople d’Israël e la barrico, Diéu éu-meme.

 

Dins la croto lou capouchin Bonaventuro reviro un tros de l’Eclesiasto (Ec. 3-1) : « Il y a un temps pour tout […] un temps pour se taire et un temps pour parler » vèn « un tèms pèr parla e un pèr se teisa ». Se teisa… davans la bounta dóu vin. I’a pièi un fumié de citacioun levado e revirado de l’Eclesiasto que s’acabo pèr « Il y a un temps pour la pépie et un pour s’abreuver ».

 

Li capouchin agarisson tambèn lis Evangèli e li pauralo de St Francés d’Assise. Frai Mansuet reviro la paraulo de Crist à Pèire que dourmié en liogo de viha : « L’esprit certes est ardent mais la chair est faible » (Marc, 14-38) en « l’homme est faible et l’esprit prompt à chavirer ». E parié, frai Bonaventuro emé l’espressioun « Tavan moun fraire » reviro lou biais de dire de St Francés quand parlo i èstre vivènt Fraire Loup, Sorre Aragno.

 

 

 

 

 III – Francis Gag e la pensado de Sant Francés d’Assise

 

Francis Gag pòu pas imagina que siguèsse desseparado l’identita niçardo dóu catoulicisme : vaqui perqué souto lou coumique dóu Vin dei Padre s’escound la pensado de Sant Francés d’Assise.

 

Francés d’Assise (1182-1226), fiéu d’un riche marchand, renóuncio à soun eiretage en 1206, pèr se faire ermito. Sa voucacioun ? La paureta assouludo e la presicacioun. La pensado de Sant Francés ? Diéu es tout de bounta, si creaturo soun bono, lou mounde es bon. Li fraire que seguisson Sant Francés se dèvon d’èstre paure, umble e jouious, sèns autourita que la, mouralo, de Sant Francés. An de presica la penitènci, adounc an de viéure au mitan dis ome… ço qu’enebis l’embarrage dins un moustié.

 

Li capouchin dóu Vin dei Padre, es tout de franciscan refourma (1523).

 

Pèr lou niçard de 1937, ié basto d’ausi lou noum di quatre capouchin pèr coumprene que se parlo de Sant Francés d’Assise.

 

Bonaventuro, lou premié di capouchin, evoco lou sant dóu meme noum (1217-1275) que fuguè menistre generau de l’ordre di franciscan. Un ome de la pousicioun mejano entre franciscan esperitau (paureta assouludo) e franciscan counventuau, tenènt d’uno paureta relativo (l’ordre pòu agué de bastimen, de couvènt…). Lou Papo coumandè à St Bonaventuro uno vido óuficialo de St Francés. Cremèron tóuti lis autro.

 

Ilarioun, pèr quant à-n’éu, evoco St Ilarioun (291-371) tenènt de l’ascetisme, coume Francés éu-meme, de siècle après.

 

Mansuet : soun noum vèn dóu latin « mansuetudo, dinis » : douçour. Evoco lou tèms que, rèn que pèr la paraulo, St Francés tremudè un loup en creaturo bono.

 

Gregòri : aquéu noum es liga à la vido de St Francés. Evoco Gregòri IX, Papo de 1227 à 1241. Aquéu d’aqui faguè desparèisse lou testamen de St Francés que, pèr li franciscan, voulié la paureta assouludo (ni bastimen, ni glèiso, nimai couvènt).

 

Gregòri IX faguè canounisa Francés en 1228. En 1230, enounciè, pièi, que li franciscan avien pas óubligacioun de respeta lou testamen de St Francés.

 

Eliacin lou boutihié di beneditin : n’en vaqui un que soun noum parlo de St Francés. Vers Racine, dins Athalie (ispara de Rèi II-11-2-3) Eliacin, abari dins lou tèmple de Jerusalèn, rebrico :

 

Dieu laissa-t-il jamais ses enfants au besoin ?

Aux petits des oiseaux il donne leur pâture,

Et sa bonté s’étend sur toute la nature.

Tous les jours je l’invoque, et d’un soin paternel

Il me nourrit des dons offerts sur son autel.

 

L’Eliacin de Racine presènto uno visto franciscano de la naturo : Dieu es tout bounta, abaris lis aucèu, abarris Eliacin.

 

Emé tóutis aquéli noum, lou publi niçard poupulàri de 1937 saup de que s’agis. Es ansin que la pensado franciscano espeto au tablèu quatre. Aqui dedins, dins lou pendis, la grosso barrico a escapa i capouchin e creba la lourdo dóu couvènt. A aclapa lou bèu jardin di capouchin e trenca la co dóu dogue : « Un can de couvent sensa couha, acò, fa gaire bella figura ! ».

 

Li quatre capouchin-franciscan soun toujour viéu e la barrico, entiero.

 

Pèr lis espetatour niçard de 1937, se coumpren : la barrico de vin de messo, coume s’èro adeja tremuda en sang de Crist, a fa la voulounta de Diéu. De peta la lourdo dóu couvènt evoco la pensado de St Francés que voulié si fraire au mitan dis ome e noun pas embarra. Lou bèu jardin degaia dis proun que St Francés voulié pas ges d’avé pèr li franciscan. Pèr quant à la co dóu dogue, trencado, lou couvènt n’en sara pas tant fièr !

 

COUNCLUSIOUN

 

Ai ! que, vuei, aquéu tèste d’aqui a plus lou publi de 1937. I’a plus gaire de mounde pèr lou coumprene. Noun pas pèr l’encauso dóu parla niçard, toujour viéu, mai pèr ço que lou publi poupulàri a plus ges de referènci culturalo pèr s’aproupria, à la lèsto, un tau tèste.

 

Bibliougrafìo :

 

Francis Gag, Théâtre niçois, l’intégrale, realisa pèr Pèire Louis & Jan-Lu Gag, ed. Serre, 1994.

 

A. Lacoste, Nice à travers les âges, Chroniques et légendes, ed. Malvagno-Mignon, 1884, Nice

 

Jan Dionis

________________________________________

 

 

 

LA RÈINO JANO E LA PENSADO DE FREDERI MISTRAL

LA RÈINO JANO E LA PENSADO DE Frederi MISTRAL

DINS LOU TÈMS E LOU MITAN D’ESCRITURO D’AQUELO PÈÇO

– 1883 – 1890 –

 

I – Resumi :

 

Ate 1é : Davans sa pichoto court, la rèino Jano pantaio : anarié bèn en Prouvènço.

Arribo lou prince Andriéu d’Oungrìo, soun espous.

Óupousicioun entre lou Nord e lou Sud ; entre la Cataneso e lou Frai Roubert.

 

Ate 2 : Lou prince Andriéu coucho lis italian e li prouvençau dis emplé li meiour pèr li baia en sis oungrés. Batèsto entre italian e oungrés.

Lou prince Andriéu a tout lou poudé.

 

Ate 3 : La Cataneso e li tenènt de Jano s’entèndon pèr tua l’Andriéu. Repas avans la tuarié. Tuarié.

 

Ate 4 : La rèino Jano quito lou pople napoulitan. Sus uno galèro, vogo vers Avignoun que ié dèu vèire lou Papo. Lou viage. Ço que dis l’astroulò : maridara quatre prince (ALIO : Andriéu d’Oungrìo, Louis de Tarente, Jaume d’Aragoun, Outoun de Brunswick) e perira de la man d’un tuaire. Passo pèr Marsiho.

 

Ate 5 : Au Palais papau, en Avignoun, lou Papo Clemènt VI jujo la rèino Jano. La pèço s’acabo pèr l’eisecucioun de Frai Roubert pèr Galeas de Mantoue.

 

II – L’estùdi :

 

Aqui, estudiaren pas l’estile nimai la coustrucioun de l’obro tiatralo de Mistral que faguè chi, la Rèino Jano. À-n’aquéli que n’en voudrien saupre mai à prepaus de l’aspèt “literàri” d’aquelo pèço, ié bastara de legi lou bèl estùdi d’Emile G. Léonard “La Rèino Jano, T. 1 “Étude sur”, L’Astrado, 1974, Touloun. Vuei, nous fau assaja de coumprene perqué lou Mèstre de Maiano retraguè la vidasso d’uno marrido femo dóu siècle 14 : la rèino Jano. Mai que tout, s’agis de parangouna ‘queste afaire emé la pensado de Frederi Mistral dins lou mitan e lou tèms d’escrituro d’aquesto obro. À respèt de l’estùdi di manuscri d’aquéu tèste, Emile G. Léonard noto que l’ate 1é sarié esta fa de 1883 à 1884 quouro lis àutris ate (2 à 5) sarien esta acaba entre lou fin-bout de 1883 e 1884. Mai tardié, lou tout debut de la pèço sarié dóu 21 de mai de 1890.

 

Pèr aquéli qu’aurien – rèn qu’un pau – óublida l’obro mistralenco n’en vaqui un resumi (bèn liuen de la verita vertadiero de l’Istòri !) La Rèino Jano se debano vers la mita dóu siècle 14 : es en 1348 que viagè en Avignoun… e la chabiguè au Papo Clemènt VI. Jano èro la quatrenco soubeirano de Naplo e de Sicilo emai coumtesso de Prouvènço qu’à sa famiho ié dison de “dinastìo premiero d’Anjou”. Venien di capecian, de francés : au 1é rèi de Sicile, Comte de Prouvènço, ié disien Carle lou 1é. Aquéu d’aqui èro fraire dóu rèi de Franço, Louis IX (St Louis). Enca pichoto, aquelo Jano, l’avien maridado emé soun cousin Andriéu, fraire dóu rèi d’Oungrìo. Dans la pèço, avié un pantai d’ana vesita sis païs de Prouvènço quouro restavo à Naplo.

 

Èro à-mand de perdre quàsi tout soun poudé pèr l’encauso de soun espous quouro, dins lou palais, aquéu d’aqui fuguè tua. Dins la pèço, Jano viajè fin qu’en Avignoun pèr que lou Papo Clemènt VI la descupèsse de la souspicioun d’assassinat.

 

Mistral davans soun tèste :

 

Pèr fin d’assaja de coumprene lou « perqué » d’aquelo obro, nous fau vèire ço qu’es e, pèr acò faire, espepidouna ço que Mistral éu-meme n’en dis.

 

En proumiero de cuberto de l’oubrage, i’a lou titre La Rèino Jano puis, en-dessouto, « Tragèdi prouvençalo en cinq ate e en vers ». Adounc, s’agirié d’uno tragèdi dins li normo dóu tiatre grè, o pulèu, di classi francés. Mai, ço que nous dèu faire chifra, en lou qualificatiéu « prouvençalo ». D’apoundre tau qualificatiéu au sustantiéu « Tragèdi », n’en demeni la valour. Noun es pas qu’uno tragèdi, pas rèn qu’uno tragèdi.

 

Vaqui ço que n’escriéu Mistral à-n’Anfos Daudet, lou

5 d’óutobre de 1888 (Léonard, pp. 30-31) : « La Rèino Jano est une manière de poème provençal dans le sens national du mot… »

 

« Tragèdi prouvençalo », « pouèmo prouvençau », semblarié que, pèr lou maianen, i’aguèsse uno doutanço à prepaus de ço qu’èro soun obro, mais pas ges de doutanço à prepaus de sa prouvençalita que s’atrobo dins li dos espressioun.

 

Enfin, à l’entrouducioun mai tardivo d’aquesto obro, Mistral apound que l’a escricho « d’après le concept provençal et les données exactes de l’histoire. »

 

« Les données exactes de l’histoire »… sarien la provo d’un vertadié travai d’istourian s’aquelo espressioun noun èro pas esta demenido pèr aquelo de « concept provençal ». L’istourian a de basti quaucarèn proche d’uno verita istourico en deforo de ço que i’agrado.

 

« Tragèdi prouvençalo », « pouèmo prouvençau », « données exactes de l’histoire », « concept provençal », lou mèstre nous baiarié quàuqui poun maje de noste estùdi. Premié, avèn d’estudia se La Rèino Jano es, de verai, uno tragèdi vo un pouèmo, pièi, s’es uno obro d’istourian. Enfin, estudiaren la « prouvençalita » de la Rèino Jano coume se pòu vèire dins lis evenimen istouri de l’epoco que fuguè escricho, e de ço que n’en dis lou Mistral d’aquelo epoco.

 

I – La Rèino Jano : tragèdi o pouèmo ?

 

Mistral, éu-meme, parèis pas saupre ço qu’es aquelo Rèino Jano. D’efèt, s’emplego en souto-titre « Tragèdi prouvençalo », quouro la vòu apara di critico d’Anfos Daudet, n’en dis : « La Rèino Jano est une manière de poème provençal dans le sens national du mot ». S’es bèn verai que i’ague un tros d’aquéu tèste, lou viage entre Naplo e Marsiho, que posque faire pensa à-n’un pouèmo dialouga, pèr ço qu’es de quàsi touto la pèço, es rèn que de tiatre.

 

Mai queto meno de tiatre ? De segur, es pas de tragèdi mai, pulèu, de meloudramo que se pòu pas gaire jouga. D’aiours, l’aurien messo en sceno qu’un soulet cop e jougado nòu cop pèr l’Escolo de la Targo de Touloun, dins lis annado 1982-1988. Vaqui la tiero di representacioun :

1982 – 21 de mai Castèu-Valoun

– 22 de mai Castèu-Valoun

– 29 de mai Niço

– 7 de juliet Arle

1984 – 6 de juliet Touloun

1987 – 24 d’óutobre Fuvèu (Ate 1é)

1988 – 6 de mars Lou Castelet

18 de mars Touloun

1é de mars Mountauroun

 

D’efèt, la maje-part de la pèço – messo en sceno – tournarié à la boufounarié em’ à l’emboui… n’en voulèn pèr provo la batèsto entre lis Oungrés e lis Italian o la mort d’Andriéu. La chourmo toulounenco de l’Escolo de la Targo, emé proun gàubi, lou de Roubert Fouque, soun direitour, li jouguè pas. En mai d’acò, dins aquelo pèço, la cordo dramatico jamai noun tiblo. N’en vaqui dous eisèmple : tre la debuto (sceno 1), i’a pas ges d’espousicioun dramatico : rèn qu’uno envejo de vesita Prouvènço pèr la rèino Jano. Mai sabèn proun qu’en Prouvènço, ié faudra ana. E parié à l’ate 5, sceno 5, quouro lou Papo jujo la rèino… ço qu’apouncho pas un fus que lou regardadou saup que s’en sourtira blanco coume nèu.

 

II – Pèr un istourian, aquesto obro es-ti seriouso ?

 

La critico seriouso e Mistral, bèu premié, fuguè sènso feblesso pèr aquéu tèste, meno de tragèdi. 

 

Lou faudrié-ti pas vèire coume uno cerco istourico que lou mèstre n’en dis : « d’après les données exactes de l’histoire » ?

Alor, n’en faudrié leva un moulounas de causo que van pas dins lou sèns de l’istòri talo coume la poudié counèisse Mistral. N’en voulèn pèr provo lou vers 76, parlant dis estudiant de Mount-Pelié dins lou cous de l’ « ilustre ensignaire Arnaud de Vilo-Novo ». La sceno se debano en 1345… mai l’ensignaire a defunta 30 an avans, en 1313. E parié, la Cataneso esplico qu’aurié sepeli quatre rèino de l’Oustau d’Anjou : alor, aurié, à pau près, 95 an. Noutaren pièi que Mistral tout soulet s’es imagina la sceno dóu jujamen papau : s’es verai que la rèino rescountrè lou Papo Clemènt VI qu’un soulet cop, es pas rèn que pèr n’óuteni l’autourisacioun de marida soun cousin Louis de Tarente… autambèn, ié vendeguè la ciéuta d’Avignoun que lou Papo ié paguè tin-tin 80 000 flourin d’aur.

 

Pèr ço qu’es de la tuarié d’Andriéu d’Oungrìo e de soun jujamen, la rèino Jano, se recebè uno counvoucacioun, i’anè pas. E pamens, fuguè innoucentado.

 

E sabès-ti ? De Prouvènço, la rèino Jano se n’en trufavo bèn pas mau. Ié venguè rèn qu’un soulet cop, pèr fugi li sourdat dóu rèi d’Oungrìo. En mai d’acò, quitè Naplo noun pas davans soun pople, noun pas de jour, mai de niue, d’escoundoun. E de coume acò, n’a de moulounas : Adounc, la Rèino Jano a pas rèn d’uno obro istourico rigourouso.

 

III – « Le concept provençal », valènt-à-dire la « prouvençalita » de la pèço La Rèino Jano :

 

Mistral aurié di (Léonard, p. 45) : « Je n’ai pas fait ma tragédie pour être représentée, mais pour faire des provençaux ». Adounc, s’agirié d’uno obro patrioutico e naciounalo prouvençalo.

 

S’arregardan la pèço coume acò, aquéu persounage – la rèino Jano – se dèu vèire coume uno alegourìo de Prouvènço. Ço qu’arribo souvènti-cop dins l’obro mistralenco : Prouvènço es uno jouvènto. N’en voulèn pèr provo la Coumtesso dis Isclo d’Or o l’Esterello de Calendau. Mai, pèr éli, s’agis de persounage sènso deco, quouro de la rèino Jano de l’istòri vertadiero, se pòu dire, qu’a pas rèn d’uno bravo femo. La poudèn pas coumpara emé lis àutris image feminin de l’obro mistralenco : la rèino Jano es un persounage istouri, a viscu quouro lis àutris encarnacioun tènon en de creacioun pouëtico.

 

« Une reine sombre mariée quatre fois et trois de ses maris meurent de mort violente » segound lis eisegèto, uno rèino qu’es, belèu à l’óurigino de la mort de soun premier espous, uno rèino que se trufo bèn pas mau de Prouvènço (i’agrado miés Itàli) noun pòu pas gaire agué d’image pousitiéu. Alor, m’anas dire, perqué Mistral a-ti fa talo chausido ?

 

LaRèino Jano, Mistral l’a facho entre 1883 e 1886. En setèmbre de 1885, à Jùli Boissière, dis : « Mais avant de se vouer à cette tâche suprême, il faut attendre le dénouement de la formidable guerre qui, latente ou déclarée, menace toujours le Germanisme et la Latinité. À la France meurtrie, chevalière de la Civilisation latine, nous devons fidélité… »

 

Aqueste cop, ié sian ! La Rèino Jano, Mistral l’a escricho après la perdo d’Alsaço – Lourreno. En mai d’acò, en 1882, Alemagno, Austrìo, Itàli an counclu uno alianço militàri, la Tripliço. Dins Franço touto espelis un esperit revenjaire contro la germanita. S’espepidounan mai aquéu tros de letro de Mistral à Boissière, n’en levan que Mistral s’enrego dins lou camin de la « latineta » contro la « germanita ». Aqui, se pòu parla d’uno « latineta » touto poulitico : s’agis de liga lis estat latin : Franço, Espagno, Itàli. Itàli contro l’alianço dis empèri centrau… uno idèio que partis lou Mèstre emé forço gènt dóu mitan pouliti francés.

 

Belèu qu’à Mistral, la chausido d’aquelo istòri i’es vengudo pèr fin d’ana mai liuen dins l’idèio latino, d’uno idèio latino au rebous de l’idèio germanico. Aqui, de verai, sarien au bèu mitan de la poulitico internaciounalo dóu fin-bout d’aquéu siècle 19.

 

Pèr fin de verifica ‘questo ipoustèsi, nous fau assaupre qu’à Mistral, l’idèio latino ié vèn pas avans 1871, valènt-à-dire après la desfacho franceso de 1870. Avans, se parlo que de liame emé li catalan, sout uno referènci neblouso : « l’Empèri dóu Soulèu ». Lou premié cop que n’en parlo Mistral, sarié dins l’Armana prouvençau de 1871, dins un tèste de Gui de Mount-Pavoun (un escais-noum dóu Mèstre) que mando : « Travaillons à bâtir la confédération latine ». Em’enca : « Car si la belle Italie, avec la noble Espagne et la France héroïque, étaient unies par un lien fédéral qui les affronterait ? »

 

Vaqui perqué i’aguè, pèr li taulejado di fèsto latino d’Avignoun, en 1874, de representant dóu poudé francés emai l’embassadour d’Itàli, lou Chivalié Nigra.

 

Avèn de nouta que, pèr Mistral, la presènci d’aquelo representacioun es tras-qu’impourtanto que n’en parlo enca dins uno charradisso que fai lou 25 de nouvèmbre de 1882, au Cercle artistique de Marseille : « Avès vist lis Italian, emé soun embassadour Moussu lou Coumandour Nigra, emé li representant de l’Acadèmi de Flourènço, veni celebra ‘mé nautre lou centenàri de Petrarco ».

 

D’àutris eisèmple, n’avèn leva. N’en voulèn pèr provo un tros de l’odo famouso, À la raço latino que Mistral escriéu pèr li fèsto latino de Mount-Pelié dóu 22 au 30 de mai de 1878 : « Ta lengo maire, aquéu grand flume / Que pèr sèt branco s’espandis » (MISTRAL Frederi, Lis Isclo d’Or, « À la raço latino », reed. critico Boutière, Didier, Paris, 1970, p. 398). De segur, s’agis di lengo vengudo dóu latin : francés, prouvençau, italian, espagnòu, pourtugués, rouman, retou-rouman.

 

 

Mai, m’anas dire, de que pòu i’agué entre la chausido de la rèino Jano e Mistral chirouna pèr la voulounta de basti l’Unioun dis estat latin ? Rèn de mai simple : emai siguèsse esta un persounage istouri tant sourne, tant countrista, la rèino Jano recampo d’espèr-elo tout ço que fai la latineta, l’Unioun latino.

 

D’en premié, la rèino Jano represènto Franço : sor d’uno dinastìo franceso que tèn d’uno branco de la famiho capeciano, lis Anjou, coume lou dis sa bandiero flourdalisado. À cinq generacioun d’aqui, i’a Louis lou vuechen, pièi soun fiéu, Carles 1é d’Anjou, fraire de St-Louis, qu’es à l’óurigino de la dinastìo.

 

 

La rèino Jano, rèino de Naplo e de Sicilo, es autambèn d’Itàli coume es prouvençalo que porto lou titre de Coumtesso de Prouvènço.

 

Soun liame em’ Espagno ié vèn de soun tresen maridage emé Jaume d’Aragoun, Enfant de Maiorco.

 

« Tragèdi prouvençalo », « poème provençal », « concept provençal »… À prepaus de soun obro, quouro n’en parlavo, Mistral apielavo, mai que tout, sus la referènci prouvençalo.

 

Roubert Long

Presidènt de Parlaren Gardano

Souto-Presidènt de la Couourdinacioun Generalo Parlaren

________________________________________________________________________

CARLE GALTIER E « LI 4 SÈT »

À PREPAUS DE CARLE GALTIER E DE SOUN OBRO LI QUATRE SÈT

 

AVERTIMEN :

 

Aquest estùdi repren e espandis uno coumunicacioun à prepaus di Quatre Sèt, obro de Carle Galtier, facho pèr Oudilo Delmas au 5en Coulòqui Internaciounau d’Avignoun sus lou Tiatre prouvençau e de Catalougno lou 10 de setèmbre de 2011 .

 

BIOUGRAFÌO E OBRO DE Carle GALTIER :

Carle Galtier nasquè à-n’Eigaliero en 1913 e mouriguè en 2004 à Sant-Roumié. Sa fourmacioun inicialo d’istitutour i’enebiguè pas de veni dóutour en soucioulougìo em’uno tèsi : Vallabrègue, un village de vanniers (Ais, 1968). Fuguè counservadou dóu Museon Mistral de Maiano e tambèn carga de recerco au C.N.R.S. Escriguè d’ùni de sis obro souto l’escais de Carle d’Eigaliero.

Sis obro literàri tocon mant uno ribo emé la pouësìo, li conte, lis oubrage d’etnoulougìo prouvençalo, li nouvello e de pèço de tiatre à bóudre.

 

Dintre lis obro pouëtico, avèn de nouta : Lou creiriés-ti ? (Marsyas, Aigues-Vives,1949), Nouvèu tros (1998). Demié li conte : Tres conte pèr Calèndo (Escolo Jaufre-Rudel, Bourdèu, 1965), Conte dis Aupiho, de Crau e de Carmargo (Ed. Ramoun-Berenguier, Ais, 1970), Lou valènt Ninoi-Ninet (Ed. Grandir, Aurenjo, 1988), Un vin que fai dansa li cabro (Librarié countempourano, Mount-Faucoun, 2003), Pèr lis obro d’etnoulougìo e de recerco s’atrobon : Le trésor des jeux provençaux (Culturo prouvençalo, 1952), Les prénoms de Provence (Ouest-France, 1983), La météorologie populaire (Editions Horvath). Demié li nouvello se rescontro : Lou nis dóu Calao (Edisud, 1981), … L’obro tiatralo de Carle Galtier fuguè aboundouso emé forço pèço de tiatre en un ate que 18 d’entre éli fuguèron recampado dins lou recuei Coumèdi en un ate (Parlaren, 1987). La premiero pèço escricho, en tres ate, fuguè, belèu, en 1945, li Quatre Sèt (mai publicado pèr l’Astrado, vers 1970).

 

ESTÙDI DI QUATRE SÈT:

I-Bibliougrafìo di Quatre Sèt :

S’atrobo pas ges d’estùdi d’impourtanço à prepaus di Quatre Sèt, mai d’ùni libre soun vertadieramen necite pèr coumprene lou sèns dóu cap-d’obro de Carle Galtier, s’agis de :

Le Roy Ladurie (Emmanuel), L’argent, l’amour et la mort en pays d’oc, Seuil, Paris, 1980

Boureau (Alain), Plis, replis et surplis du conte, Percée, 1984

Grimm (Jacob et Wilhem), Contes, cf. conte n° 44 (versioun dóu conte AT 332 reculi en Franço)

Aarne (A.) et Thompson (S.), The types of the folktale, Helsinki, vol. 25, n° 74, 1928, p. 58, conte 332, “Godfather Death” (la mort-parrain)

Galtier (Charles), li Quatre Sèt, avèn emplega uno foutoucòpi que la 1ro de cuberto pourtavo la mencioun li Quatre Sèt, 1945.

Eisisto uno edicioun di Quatre Sèt que l’avèn pas agudo, vers l’Astrado, Touloun, 1970 coume lou dis la p. 5 de la Météorologie populaire de Carle Galtier o 1973 coume lou dis M. Jan Fourié dins soun Dictionnaire des auteurs de langue d’oc.

Gramaci à M. Lucian Perret, nebout de Carle Galtier pèr soun gentun e lis entre-signe pourgi sus soun ouncle e sus li Quatre Sèt.

 

Triounfle francés e falido prouvençalodi Quatre Sèt :

Quouro li Quatre Sèt fuguèron acaba en 1945 pareiguèron pas en prouvençau avans 1970 o 1973. Adounc 25 à 28 an desseparon soun escrituro e soun edicioun en prouvençau. Coume estampèron l’edicioun en francés en 1957, un trau de 15 o 18 an desseparon l’edicioun en francés e la en prouvençau.

La reviraduro franceso Carré de Sept óutenguè lou Pres de l’ajudo à la 1ro pèço, baia pèr la Direicioun dis Art e di Letro, e, en 1955, lou Pres de tiatre de la Soucieta dis Autour e Coumpousitour Dramati.

La « Comédie de Provence » mountè, pèr lou premié cop, Carré de Sept (reviraduro de li Quatre Sèt) au « Palais de la Méditerranée » à Niço, lou 1é de febrié de 1955.

Lou segound Festenau dramati de Paris veguè uno represso d’aquesto pèço au Tiatre Hébertot. Pièi se jouguè au « Studio des Champs Elysée » dins uno messo en sceno de Douking.

Michèu Pollak, dins soun emissioun « Entrée des Auteurs », en janvié de 1952, n’en faguè legi de tros.

Carré de Sept passè un pau sus tóuti li radiò, tant en Franço coume à l’estrangié. D’eisèmple : sus France Culture en 1967, mai enca sus Radio Monte-Carlo, Radio Marseille…

Avèn de nouta li representacioun pèr France Culture e pèr Inter-Variétés pourgido pèr la Soucieta di Coumedian francés (Coumèdi franceso e Tiatre countempouran) emé :

Louïs Seigner pèr Nur

Michèu Bernardi pèr lou daiaire

Michèu Duchossoy pèr Marrit-Fèrri

Daniso Noël pèr Elo

 

Fin-finalo, pèr uno premiero pèço de tiatre e pèr ço que n’en sabèn (bord que sian en bousco d’àutris enfourmacioun) pèr uno premiero obro de Galtier, es un triounfle. Li proufessiounau dóu tiatre francés e si media s’apassiounon pèr la reviraduro Carré de Sept.

 

Au contro, li Quatre Sèt, l’óuriginau prouvençau, lou jouguèron tardié e pas gaire. Es ansin que la chourmo toulounenco de la Targo n’en faguè, en 1978, la creacioun au Palais dóu Roure, en Avignoun. Quento bello causo ! pamens, ai ! ai ! ai ! lou sèns founs de l’obro n’en fuguè perdu bord que l’ate tresen, lou jouguèron pas… es un pau coume de representa Phèdre de Racine sènso soun ate cinquen e darrié !

 

Acò di, avèn de saluda la chourmo de Touloun que (pèr ço que n’en sabèn) es la souleto d’agué jouga, entre 1978 e 1985, vounge cop de tros dóu cap- d’obro de Carle Galtier. Couneissèn pas d’àutri chourmo qu’aguèsson jouga li Quatre Sèt en prouvençau.

 

Pèr clava, se poudrié dire que, pèr soun cap d’obro, Carle Galtier a trouba soun publi en francés mai pas en prouvençau.

 

II-Resumit di Quatre Sèt :

Ate INur diminutiéu de Bonur, arribo à soun mas. Sa mouié, Elo, dins lis ànci, lou sono que vèn de faire uno reüssido e, dins li carto, a legi la mort de Nur (la niue d’avans, avié pantaia de la memo reüssido).

Un jouine daiaire, daio à l’espalo, arribo. Parlo emé Nur, aquéu Tin (diminutiéu de Destin) e s’arremarco que Nur es urous bord que se pènso urous quouro la femo d’aquéu d’aqui es maluro que se pènso malurouso. Nur sor.

Elo parlo emé Destin qu’emé sa daio avié fa un signe de mort sus la tèsto de Nur. Suplico Destin de noun pas ié prene Nur.

Porton Nur au siéu : a toumba dóu tihòu que s’es esclapa l’esquino.

 

Ate II – Dins lou tras-que bèu cenadou de Destin, Nur manjo emé Tin. Es panca mort mai vai passa. I’a de cierge. Chascun marco la vido d’un èstre uman : quouro lou cierge es long, l’ome aura enca uno longo vido ; quouro lou cierge es courtet, l’ome vai mouri ; quouro lou cierge s’amosso, l’ome mor.

Tin pourgis tres partido de poker à Nur ; s’emé li quatre sèt, Nur davèro, poudra tourna-croumpa tres vido en tournant-atuba tres cierge nòu.

Nur gagno li tres partido : croumpo dos vido mai vòu pas emplega sa tresenco vitòri pèr rachata la siéuno. Nur sor de la pèço e, d’escoundoun, bord que Nur a davera, Destin escàmbio lou cierge court de Nur contro lou long de sa femo.

 

Ate III – La femo de Nur viho soun ome, ajassa. Éu conto sa vesito au palais de Destin e si tres partido de carto.

Un cop lou daiaire revengu, la femo de Nur ié prepauso de faire pache : uno partido de carto que s’Elo gagno, poudra tourna-croumpa la vido de Nur contro la siéuno. Davèro. Destin escàmbio li cierge de Nur e de sa femo. Elo se crèi que mourira e que Nur viéura. Mai Destin ié dis que s’engano qu’adeja avié escambia un premié cop si cierge quouro Nur avié gagna. Adounc Nur dèu mouri.

 

III-Óurigino inteleitualo di Quatre Sèt :

Trouban eisa lis óurigino di Quatre Sèt, si liame emé d’àutri tèste mai ancian (se poudrié dire soun « intertestualita »).

Carle Galtier éu-meme, dins la pèço, n’en douno li clau à l’ate II. Premié en disènt que vèn d’un conte, segound, en fasènt aquéu conte qu’es uno « messo en abime » (meno de mirau de l’istòri principalo) di Quatre Sèt : « Acò me remèmbre un vièi conte que me fasié souvènt ma grand. E justamen moun ami Bessoun me lou redisié encaro aquest matin. » Adounc, se n’en cresèn Galtier, l’óurigino di Quatre Sèt es dins un conte, dins la tradicioun d’ouralita poupulàri.

D’efèt, avèn de cerca l’óurigino di Quatre Sèt dins un conte tras-que couneigu dis especialisto de l’ouralita poupulàri : « la mort-peirin » que Nur dis à Destin lou fin bout d’uno di versioun, l’istòri dóu persounage Misèro.

Fau saupre que dous cercaire, l’un finlandés, Aarne e l’autre american, Thompson levèron uno tiero coumplido de tóuti li conte vengu de l’ouralita poupulàri dins lou relarg de la civilisacioun crestiano. N’en levèron mai de 2 500 tipe de conte tenènt chascun, souvènti cop, de centenau de varianto. An farga uno classificacioun que ié dison Aarne-Thompson : AT segui d’un numerò.

Lou conte « la mort-peirin » emplega pèr Carle Galtier dins li Quatre Sèt e si centenau de varianto soun classa souto lou n° AT 332.

Pèr douna d’esplico à prepaus de la mort-peirin AT 332, fau legi lou grand istourian Emmanuel Le Roy Ladurie que l’a tras-que bèn estudia dins soun libre L’argent, l’amour et la mort en pays d’oc.

La premiero trobo d’aquéu conte es en Alemagno, vers 1300. Es emplega pèr lou pouèto Hugo van Trimberg. Ço qu’esplico que la mort siegue « peirin » bord que, dins lou dialèite alemand d’aqui, lou sustantiéu « mort » es mascle.

Le Roy Ladurie dis que s’agis « d’un conte d’enracinement chrétien partout où sévissent les institutions du parrainage ». Avèn, vuei, mai de 350 versioun diferènto d’aquéu conte. Aquéli versioun vènon de tóuti li païs catouli o ourtoudosse. Li proutestant, éli, an derraba aquéli conte poupulàri d’aqui.

Dins aquéu conte (AT 332), la mort-peirin fai la fourtuno de soun fihòu. Aquéu d’aqui assajo d’engana la Mort, qu’enrabiado lou meno dins soun palais. Dins aquest endré, lou fihòu ié vèi, au bèu mitan di milioun de cierge de la vido dis ome, lou siéu, quàsi abena.

Adounc, lou sujèt de la pèço li Quatre Sèt vèn tout dre de la fin dóu conte « la mort-peirin ». À l’ate II, Nur fai lou raconte que ié fasié sa grand e soun ami Bessoun. S’agis tambèn de la fin d’uno di versioun de la mort-peirin : la Mort carrejo Misèro dins soun palais, Misèro escàmbio soun cierge quàsi abena contro lou de sa femo enca long.

 

IV-Li Quatre Sèt soun un cap d’obro dóu tiatre … perqué ?

Leissaren de caire la qualita dóu prouvençau di Quatre Sèt. Tóuti sabon que Carle Galtier manejavo coume pas res la lengo literàri fargado pèr Mistral. Lou prouvençau de la pèço es un chale !

Mai la reviraduro franceso, Carré de Sept, es elotambèn, un cap d’obro.

Adounc, li qualita de l’obro tènon pas rèn que dins la lengo. Li Quatre Sèt respèton li canoun (règo) de la tragèdi classico. Poudrian dire qu’emé li Quatre Sèt avèn, emé Galtier, un Racine prouvençau.

 

Coume dins la tragèdi classico, l’unita de liò es quàsi respetado emé lou mas de Nur e lou Palais de Destin. Avèn l’unita de tèms : la pèço duro lou tèms de l’acioun. Avèn pièi l’unita d’acioun : lou proublèmo de la vido o de la mort de Nur.

Coume dins la tragèdi classico, lis evenimen (aqui lou cabus de Nur de soun tihòu…) soun pas mes en sceno mai counta. Coume dins la tragèdi classico à soun pountificat, vers Racine, i’a pas gaire de persounage maje : Nur, Elo, Destin. Coume dins la tragèdi classico, la situacioun es presso quàsi à soun fin bout : la mort de Nur. L’acioun es rèn que lou treboulun d’amo, aqui, li pensado de Nur e de sa femo à prepaus de la mort.

 

Se troubas un eisemplàri di Quatre Sèt, vous lou fau croumpa e vous lou legi emai tourna-legi.

 

Oudilo Delmas

11.09.2011

_________________________________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

Li NOUVÈ DE SABOLY COUME FUGUÈRON ESCRI

Presentacioun d’uno dis edicioun di tèste vertadié di « Nouvè » de Saboly :

 

 

 

 

 

RECUEIL DE NOELS PROVENÇAUX

COMPOSÉ

PAR LE Sr NICOLAS SABOLY

 

Bénéficier & Maître de Musique de l’Eglise

de St. Pierre d’Avignon

Nouvelle édition, augmentee

du noel fait a la memoire

de Mr. SABOLY, & de celui

des Rois, fait par J.F.D.

Avignon

Chez Ant. Offray, Imprimeur

Libraire, place St Didier

 

▬●▬

 

M.DCC.XC

Avec permission

 

 

 

 

 

 

I. NOÉ.

Composa l’An 1660. après lou mariage de Louis XIV

 

Yeou ai vi lou Piémon,

L’Italie & l’Aragon,

La Perse & la Turquie,

L’Arabie,

Et la Chine & lou Japon,

Ieou ai vis l’Angleterre,

La Poulogne & lou Danemar,

Et per terro,

Et per mar,

Senso hasard,

Sieou esta en pron de par,

Après tout, ieou ai vi qu’auquaren,

Mai trobe ren de beou comou Bethléem

Quand noste Rei Louis,

Venguet en aqués Païs,

Eou troubé noste Ville,

Plus gentillo,

Que gis que n’aguesse vis :

Assistet à l’Ouffice,

Fagué la Cene après Rampaou,

L’exercice,

Qu’auque pau,

Fet grand gau,

Quan touqué tous lei malau,

Ben qu’aco fusse beou, nes pas ren,

Ouprés de ce qu’ai vis en Bethéléem (sic).

 

Ieou ai suivi la Cour,

Ben que sié pas mon humour,

Sieou esta en personne,

A Bayoune,

Et l’y ai fach un long séjour,

Ieou ai vis l’Assemblade,

Lou Mariage dou Rei Louis :

Son intrade,

Din Paris,

Meravis,

Quere din lou Paradis,

Ben qu’aco fusse beou, nes pas ren,

Ouprés de ce qu’ai vi en Bethléem

 

Lou monde fet grand cas,

Des Articles de la Pas

La France & l’Allemagne,

Et l’Espagne,

An bouta les Armes abas,

Per vieoure de sei rente :

Un chacun met les armes au croc,

Per Calende,

Prés d’un fioc,

Din son lioc

Chacun pause cachafioc

Es verai qu’aco vend in lou ten.

Qu’aqueu qu’a fa la pas es din Bethléem

 

II. NOÉ.

Sur l’Air du temp.

 

Bon Dieou la grand clarta,

Lia qu’auquaren d’estrange !

Me semble qu’es un Ange,

Car ieou l’ai ouzi canta.

 

Qui vau bouta cinq sou

Que qu’auque gros désastre,

Siegue arribat ei pastre,

Que courron comme de fou.

 

Lou jas es tout badieou,

Lian pas bouta la Cledou,

Moutons, Agneous & Fedo,

Son à la garde de Dieou.

 

Dieou ague bonne part ;

Un visseou à la velo,

Conduch par une Estelo,

Ven en ribe de la Mar.

 

Que me dira von van,

Qui me dira dou venon,

Tres beou Moussu que tenon,

Lou langage dou Levan ;

 

Tu creignes ren la fré,

Traite vilain Hérodes,

Von vas ? que vos ? que rodes ?

Emé tel coupe jarré.

 

As de mari dessen,

Que valon pas lou Diable,

Oumen per lei coupable,

Prengués pas leis innocens.

 

III. NOÉ.

Sur l’Air, Nicolas va voir Jeanne.

 

Micoulau noste Pastre,

Aqueou gros palo,

Vai contempla leis astres,

Comme fan lei astrolo,

Te parles ben rau, Micoulau,

L’ou seren t’oura fau mau.

 

Vese une troupe d’Ange,

Que semblon d’ousseou,

Que canton lei louange,

D’un pichot enfan tant beou,

Ren non te fai gau Micoulau,

Fau ben que siegues malau.

 

Dison que noste Seigne,

Nous mande son Fieou,

Deven pas plus ren creigne,

Sian lei ben ama de Dieou,

Eisso vai pas mau, Micoulau,

Leve te siés plus malau.

 

Pastre si vous sia sage,

Doublaré lou pas,

Per ana rendro houmage,

Ou pichot qu’és din lou jas,

Laissou lou bestiau, Micoulau,

Et davalo dou coutau.

 

Aqueste nuech es bruno,

Lou tem est ben sour,

Veirés ren la Lune,

Qjue non siegue quasi jour,

Porte lou fanau, Micoulan (sic)

Que degun non prengue mau.

 

Porta vostei flassade,

Et vostei Caban,

Car fai une jalade,

Que fara bouffa lei man.

Pren ton gros jargo, Micoulau,

Fai mai de fré que de cau.

 

Qu’au pren soin de sa vido ;

Per jamai son tem,

La biasso ben garnido,

Fai ana l’homme conten,

Porte ton Barrau, Micoulau,

Eme ton gros Calendau.

 

Auquestei (sic) bonei testo,

Confessa vous ben,

Sen vous mettre à la testo,

Lei affaire d’aqués tem,

Vague ben ou mau, Micoulau,

Tout ou pagara la fau.*

 

*Cet endnoit (sic) regardoit quelque affaire particuliere arrivée dans ce tems-là.

 

IV. NOÉ.

Sur l’air, Quand reviendra-il le tems Bergere.

 

Ay ! qu’ouro tournara lou tems Bregade,

Ay ! qu’ouro tournara lou tems ?

Querian ensem aquello vesprenado,

Su lei couteau de Bethléem ?

Que veguerian tan de flammado,

Que l’Ange dou Ceou vengué d’une voulado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tems, &c.

 

Qu’ousiguerian une tan bello oubado.

De vois & d’instrumens ensem,

Que de fredou & de cirado,

N’ai jamai ousi plus bello serenado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tems, &c.

 

Que riguerian aqu’ello matinado,

Qu’aneriam veire la jacen,

Escalavian à la montado,

Et barrulavian lon de la davalado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tem &c.

 

Jamai chivau n’a mieou gagna civado,

Courian plus vite que lou ven,

Fasian de sau & de cambado,

Fasian sourti lou fio de la calado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tems, &c.

 

Quan trouberian la Maire benurade,

Et son pichot dessus lou fen,

Qu’avié beson d’une flassado,

Car avié tomba une grosse jalado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tem, &c

 

Quan une Estello ben illuminado,

Fagué bada ben pron de Gen,

Que soulamen sero levado,

Et davan lei rei ero toujour anado,

Ay ! qu’ouro tournara lou tem, &c.

 

Quan lou pichot agué la regalado,

De Mirro, d’Or emé d’Encen,

Quan lou plu viei de l’assemblado,

Te l’y presenté din sa coupo dourado,

Ay ! qu’oura (sic) tournara lou tem.

 

V. NOÉ.

Sur l’Air, Toulerontonton

 

Lia pron de Gen,

Que van en roumavage ;

Lia pron de Gen,

Que van en Bethléem,

L’y vole ana,

Ai quasi pron courage,

L’y vole ana,

Si pode camina,

La cambe me fai mau,

Bouto sello, bouto sello,

La cambe me fai mau,

Bouto sello à mon Chivau.

 

Tous lei Bergié,

Qu’èron sur la montagne,

Tous lei Bergié,

An vis un Messagié,

Que l’y an crida,

Mettes-vous en campagne,

Que l’y an crida,

Lou fils de Dieou es na.

La Cambo me fai mau, &c.

 

En aqués tem,

Lei febre son pas sano ;

Ai endura,

Une febre quartane ;

Ai endura,

Sense me rencura,

La cambo me fai mau, &c.

 

Un gros Pastras,

Que fai la catamiaule,

Un gros Pastras,

Sen vai ou picho pas,

Sei revira,

Ou bru de ma paraulo,

Sei reivira (sic),

Li ai di de m’espera,

La cambo me fai mau, &c.

 

Aqueou palo,

Descausso sei sabbato,

Aqueou palo,

S’en vai au grand galo,

Mai s’en co lai,

L’y dounarai la grate :

Mai s’en co lai,

Ieou lou retaparai,

La cambo me fai mau, &c.

 

Ai un Roussin,

Que vole dessus terre,

Ai un Roussin,

Que mange lou camin,

L’ai acheta,

D’un que ven de la guerre,

L’ai acheta,

Cinq escu de pata.

La Cambo me fai mau, &c.

 

Quan aurai vis,

Lou Fils de Dieou lou Paire ;

Quan ourai vis,

Lou Rei de Paradis,

Et quan ourai,

Felicita sa maire,

Et quan ourai,

Fa tout ce que dourai ;

N’ourai plus gis de mau,

Bouto sello, bouto sello,

N’ourai plus gis de mau,

Bouto, sello à mon Chivau.

 

XXIX. NOÉ.

Sur l’Air, Dans ce beau jour

 

Lei Pastoureou,

An fach une assemblade,

Lei pastoureou,

An tengus un Bureou ;

A qui chacun a dit sa rastelado,

Et s’es counclu la paraulo dounado,

D’ana vers lou pichot qu’és na.

 

Toutes ensen,

Se son mes en campagno,

Toutes ensen,

Em’un for marri tem,

Es ben verai que lei gen de montagne,

Son fach à tout, craignon ren la magane,

S’en van,

Et laisson sa (sic) caban.

 

Coume faren

Per non senti la bise,

Coumo faren,

Ai poou que periren,

Tous ses habits son que de telo griso,

Son tous trouca li veson la camiso ;

Lei trau

Tenon pas gaire cau.

 

Quin fré que fai,

Vontei ma camisolo,

Quin fré que fai,

Se di lou gros Gervai,

Sente deja que lou cor me tremolo,

Sieou tout jala poade pas tira solo,

Lou fré,

Me fai boufa lei dé.

 

Nostei pastras,

A tres houro sounado,

Nostei pastras,

Ariben din lou jas :

Lou capeou bas & la testo courbado,

Van tout courren saluda l’accouchade,

Et fan,

La coulade à l’Enfan.

 

Laisson ou soou,

Dous iou tres bon froumage

Laisson ou soou,

Une dougeno d’ioou,

Jousé li di, fasés que fugés (sic) sage,

Tourna vous en & fasé bon voyage,

Bergié,

Prené voste congié.

 

XXXIII. NOÉ.

Sur l’Air, Est un (sic) sage.

 

Lei plus sage,

Dou vesinage,

Lei plus sage,

Et lei plus fin :

Fan entendre,

Que Divendre,

Lou Fils de Dieou es na de gran matin,

Que sa Maire

L’es ana faire,

Dens un estable su lou gran camin.

 

Ieou vous quitte,

Per liana, vite,

Ieou vous quite,

Et piei m’en voou,

Per li dire,

(Mai sen rire)

Sortés d’ici, car ieou tremble de poou,

Que l’estable,

Non vous accable,

Car lei muraille van toutes ou soou.

 

La vesprado ;

Mau fourtunado,

La vesprado,

D’un jour for beou,

La malice,

D’une nourrice,

Me li faguet enclaure mon troupeou,

Tout un caire,

Tombet, pecaire,

Et m’entarret tout mei paures agneou.

 

L’esperienco (sic),

Que passe science,

L’esperience,

De ce qu’ai vis,

Es la cause,

Que s’en pauso,

Ai courrigu vous dire mon avis,

Moun doumage,

Vous rendra sage,

Beleou creirés un de vostes ami,

 

Me ravise,

Et me desdise,

Me ravise,

De mon prepau,

Ma pensado,

Mau riblado,

Me farié leou passa per un bandau ;

Fau ren creigne,

Car noste Seigne,

Lei gardara segur de prendre mau.

_________________________________________________________________________

SEGOUNDO SEGUIDO : LI NOUVÈ DE SABOLY COUME FUGUÈRON ESCRI

SEGOUNDO SEGUIDO : LI NOUVÈ DE SABOLY COUME FUGUÈRON ESCRI

 

VIII. NOÉ

Sur l’Air, Viven Huroux & conten, &tc.

 

Viven huroux & conten,

Bregado,

Viven huroux & conten,

Puis qu’aquesto vesprado,

Nous meno lou bon tousten,

Viven huroux & conten,

Bregado ;

Viven huroux & conten.

 

Adam l’avié desirado,

Et sa Moulié for lon tem.

Viven huroux, &tc.

 

La mal’hurouso journado,

Qu’avien fa lei bravei Gen,

Viven huroux, &tc.

 

Aven fach uno bugado,

Liavian toutei qu’auquaren,

Viven huroux, &tc.

 

Creze que l’an ben gardado,

Aro soulamen s’esten,

Viven huroux, &tc.

 

Sara ben leou eissugado :

A bon souleou, & bon ven,

Viven

Viven huroux, &tc.

 

Es quasi deja plegado,

Prenen chacun noste ben.

Viven huroux, &tc.

 

IX. NOÉ

Sur l’Air, Allant au marché ce matin.

 

Per noun langui lon dou camin,

Conten qu’auqueou sorneto,

Sur lou Fifre, lou Tabourin (sic),

Disen la Cansounneto,

Canten Noé, noé, noé, noé sur la Musetto ;

 

Lou tem nous a gaire dura,

Veze ici la Grangeto,

Lou beou premié que l’intrara,

Que leve la barreto,

Canten Noé : &tc.

 

Helas ! mon Dieou ! lou bel Enfant !

Coumo pren la Pousseto,

Dirias avis que mor de fan,

Regarda coumo teto,

Canten Noé, &tc.

 

Ai d’iou de farino, & de lac,

Emai une casseto,

Savien de fio, j’ourien leou fach,

Uno bono poupeto,

Canten Noé, &tc.

 

Lou pichot es mai mor que vieou,

Jousé fai lei tacheto,

Douna me vite lou fusieou,

La sinso, & lei brouquetou.

Canten Noé, &tc.

 

L’Enfan es fré coumo de glas ;

Pourgé me l’escoufeto,

Tené, coufa ly son pedas

Coumaire Guilloumeto,

Canten Noé, &tc.

 

Aquesto Crupi (sic) vai au sou,

Coucha aquelo Soumeto,

Vené, qu’estacaren lou Biou,

Presta me vostei veto.

Canten Noé, &tc.

 

Bono Vierge, Maire de Dieou,

Bello & jouino, bruneto,

N’autrai vous anen dire adieou,

Vous laissen pas souleto.

Canten Noé, &tc.

_________________________________________________________________________

PROUMIERO SEGUIDO : LI NOUVÈ DE SABOLY COUME FUGUÈRON ESCRI

PROUMIERO SEGUIDO : LI NOUVÈ DE SABOLY COUME FUGUÈRON ESCRI

 

VI. NOÉ Sur l’Air, L’autre jour dans sa colère,

 

Un pou après lei tempouro,

Lei Pastres eron debou ;

Sçaurieou pas ben dire qu’ouro,

Fasien chu sen dire mou,

Lou tem negro commo un mouro,

Ero sour en aquelo houro,

Coummo une gorjo de loup.

 

Lors qu’ou travers d’un gros nivo,

Que s’ouvrigué de tout cousta,

Sourtet uno flamo vivo,

Que caché l’obscurita ;

Alors un chacun s’abrivo,

De crida, qui va là ; qui vivo ?

Donté ven tan de clarta.

 

Qu’ouquaren de plus estrange,

Arribe après l’eiliaou,

L’y perderon ren au change,

Avien gran gau d’estre vieou,

Per ousi canta lei Anges,

Qu’entournavon lei loüanges,

Et la glori dou gran Dieou.

 

Aquesto fuguet ben plus bello,

Un Ange fondet en bas,

Plus subi qu’uno hirondello,

Se pousé sur un Roucas,

Per l’y dire la nouvello,

Que d’une Marie pioucello,

Dieou ero na din un jas.

 

VII. NOÉ Sur l’Air, Quand vous sérés, etc.

 

ÇA menen rejouissence,

Fasen festo dou bonheur :

Que nous porte la naissenço ;

De Jesus noste Souveur,

Et perden la souvenenso,

De nostei dernié malheur.

 

Erian din un grand desordre,

Et lou voulian ben enfin,

Sonjavian ren qu’à nous mordre,

L’un l’autre comme de chin,

Senso Dieou que l’y a mes ordre,

N’en vesian jamai la fin.

 

Se sian hors de la misero,

Gran Dieou lou deven qu’à vous,

Avés fa noste San Pero,

Sage, bon, clemen & doux,

Que n’a ni feou, ni coulero,

Et que nés pas rigouroux.

 

Aven tant de témoignage,

De sa bono volonta,

Que lei Villo & Village,

Que son dedin lou Comta,

Ouran segur l’avantage,

De se veire ben trata.

 

Preguen don l’Agneou qu’es esfasso,

Toutei nostei manquamen,

Que conserve din sa franço,

Noste bon Papo Clemen ;

Et que l’y garde sa plaço,

Ou dessu du Firmamen.

_________________________________________________________________________

LOU CABANOUN D’ESTÈVE BIBAL (MARSIHO)

LOU CABANOUN D’ESTÈVE BIBAL (MARSIHO)

 

Bràvi cousin de la Capitalo,

 

De-bon, que sian crespina, nous-autre ! Vuei, siéu pas aqui pèr vous parla di vièii glòri marsiheso de la debuto dóu siècle 19 – Vitour Gelu, nascu en 1806, Ounourat Daumier en 1808… – mai, gounflo dóu mourbin, vole n’en counta uno à-n’aquéli que viron noste « biais de viéure » à la pagnoulado !

 

Vuei, vous vole parla d’Estève Bibal, un que, tres an après lou Gelu, nasquè proche la Porto de z’Ais, dins ço que ié dison li Vièi Quartié de Marsiho.

 

D’Estève Bibal (1808-1854), vous n’en dirai pas gaire : ‘quéu sòci de l’Athénée Ouvrier (1) n’èro pas mai qu’un oubrié – coume tant d’autre – un oubrié vermichelié… es à pau près tout ço que n’en conton si biougrafe… senoun que mountè pas jamai sus lou pountin de l’Alcazar (2) ! E pamens, dins qu’un mes, vendeguèron li 6 000 eisemplàri de la proumiero edicioun de soun Cabanoun !

 

Se dóu Gelu, n’avèn retengu soun tant famous Fenian é Grouman (1838) emai soun Crèdo dé Cassian (1854) d’uno tant flamo architèituro ; se dóu Daumier, n’avèn leva la pinturo – belèu pas tant caricaturalo qu’acò – d’un mounde alucri, de l’Estève, avèn nouta ‘questo cansoun – un proutoutipe vantant li merite d’un art de viéure tout prouvençau… Despièi, quant d’amatour – afranchimandi coume prouvençau de la costo pleno – an-ti pas canta lou bonur d’un « cabanoun pas plus grand qu’un moucadou » ?

 

Aro, ‘quéu Cabanoun d’Estève Bibal, vous lou pourgisse en coublet, temouin d’un « art » de viéure aqui, à-n’Endoume, à l’Estaco, à Marsiho. En 1840, sus l’èr de « Un angeloun parèis sus la coulino » qu’au nostre, se canto à Nouvè, l’Estève Bibal escriguè :

 

LOU CABANOUN

Coume l’escriguè Èsteve BIBAL…e pas trafica

 

Soun paquetoun coumo chascun camino,

D’un èr countèn lou diménche matin ;

Tranquilamen escàloun la coulino

Si soun cerca caouquei bràve vesin ;

Lèissoun l’ooustaou eme touto sei lagno

Cu sibl’ un èr cu cant’ uno cansoun,

Van recèrca l’èr pur de la montagno, ) bis

Et lou plesi que rèign’ aou cabanoun )

 

Sian arriba la fam nous es vengudo,

Pèr bouar’ un coou manjaren un courchoun ;

Anen ! dee fuè fè lèou caouco belugo,

Lou dejuna essu lou fuguèiroun ;

Cu triè layé, cu lavo la térrayo

Un aoutr’ aou pous netejo lou peissoun,

Tout es entrin aqui chascun travayo, ) bis

Sian pa fenian degun aou cabanoun. )

Can avèn pré lou dejuna champètro

Pèr lou dina préparan lou freicô

Se fa béou tèn selon lou baroumètro

Si va pesca vo si juèg’ aou lotô :

Cu juègu’ ei cart’ ou bèn cu juègu’ ei bocho

La nourriço fa juga lou pichoun,

Vesé jamai degun lei man ei pocho, ) bis

S’amusan bèn can sian aou cabanoun. )

 

Can lou gro caou fai pluga la parpèlo,

E que doou soum si sèntèn acabla ;

Fremo, vièyar, garçoun et dameisèlo,

Chascun s’en va dourmi de soun cousta ;

D’aoutre gayar à l’oumbro d’un estory,

Van roupïa dessu d’un gro queiroun,

D’aqueou faoutuèi si fan encaro glori, ) bis

Car soun plesi es d’estr’ oou cabanoun. )

 

Lou dina’s lès lou cousinié s’avanço,

Pèr lou signaou doun’ un coou de siblé ;

Revïa vou venê rempli la panso,

Despachà-vou avan que siègue fré

Pa de retard es douès ouro passado,

Entaoulà-vou fremo, fio, garçoun,

E sèrvè-vou de trancho safranado, ) bis

Es lou dina que fèn aou cabanoun. )

 

Doou tambourin oousè la ritournèlo,

Afin de ensaca lou dina ;

Chasque galant si plac’ emé sa bèlo,

Leis un aoul on e leis autr’ aou carra ;

En avan dous tan que l’aren nou manco,

Doou menestrié lou galoy rigoudooun.

Nou fa dansa coumo de saoutembanco, ) bis

Coumo sian gai can sian aou cabanoun. )

 

Las de dansa la calour vous chagrino,

Sià fatiga, sià toutei calourèn ;

Poousà-vou ‘n poou prochi de la vesino,

V’asseté pa surtout aou coou de vèn :

Resounà-vou parlà-li d’amoureto,

Su lou sujè glissà caouquei resoun,

Poudè couonta segu que la fïeto, ) bis

Si pleira bèn à vouèste cabanoun. )

 

Lou jou s’en va déjà la nué s’aprocho,

Regardà ‘n paou davan lou poutajié

Lou pu grouman que tiro de la brocho,

Un gigoutoun eme caouquei gibié :

Lou rousti ‘s lès garnissè la salado,

Aoublidé pas de faire lou capoun ;

Pèr coumença servè-vou de l’intrado, ) bis

Es lou soupa que fèn aou cabanoun. )

 

Lou bèou coou d’uèi, la vïoro flaméjo,

Couro si vian à la fin doou repas,

Toutei galoy e lou vin que pétéjo,

Reude leis uèil un paou esclèira ‘ou gaz :

Tout es en l’èr jusque lou chin que japo,

E tour à tour chascun di sa cansoun

Es mièjo-nué nou foou plega la napo, ) bis

Emé regrè partèn doou cabanoun. )

 

Pourtà-vou bèn, aimablo coumpagnïo,

E si Diou voou à diménche que vèn ;

En si quitan toucà la man ei fio.

Emé repè saludà lei parèn,

Vèrs soun oustaou vià que chascun defilo

Doou tambourin l’echô redi lou soun.

Puèi arriban à nouèste domicilo, ) bis

Tout en pensan encar’ aou cabanoun. )

 

Vaqui, bràvi cousin, ço qu’es, lou cabanoun…

L’Oudilo Delmas

 

 

(1) L’Athénée Ouvrier : soucieta literàri e artistico nascudo, en 1845, d’uno scissioun d’un proumier Athénée.

(2) L’Alcazar : salo d’espetacle marsiheso qui durbiguè lou 10 d’óutobre de 1857 pièi despareiguè en 1965. Es aqui, vuei, lou sèti de la Biblioutèco Municipalo (BMVR) de Marsiho.

_________________________________________________________________________________

Lou tiatre prouvençau poupulàri à sucès dóu siècle 19en : LOU TIATRE DE PROUVÈNÇO MARINO

Lou tiatre prouvençau poupulàri à sucès dóu siècle 19en

LOU TIATRE DE PROUVÈNÇO MARINO

 

2007 : i’a de tèms d’acò … mai pas tant qu’acò ! pèr lou bèu proumié coulòqui sus lou tiatre internaciounau de Prouvènço, d’O e de Catalougno, Andriéu Benedetto nous durbiguè li porto de soun tiatre avignounen. E, ma fisto, tout un après-dina, descabedelerian nòsti coumunicacioun pèr n’en veni, fin-finalo, à-n’aquelo questioun : « Qunte publi pèr nòsti tiatre » ?

 

Vuei, d’aquéli charradisso d’aqui, vole vous n’en faire tasta uno e di mai sabourouso ! parlère e vous n’en parle, vuei, d’aquéu « tiatre prouvençau poupulàri qu’aguè tant gros sucès au siècle 19 : lou tiatre de Prouvènço marino ».

 

Eto ! Mi bèus ami. I’aguè Manicle vo lou groulié bel esprit – estampèron 12 000 eisemplàri de la proumiero edicioun (en 1790 vers l’avignounen Bonnet… mau-grat soun parla toulounen !) d’aquelo pèço d’Estève Pelabon (1745-1808) e la tournèron-estampa 29 cop à-de-rèng enjusco 1901 – I’aguè tambèn la Pastouralo dicho Maurel, obro qu’en rèn de tèms vugè lis oustau pèr n’empli li plus pichot tiatre marsihés emai li de Prouvènço touto. N’i aguè tant, d’aquélis autour emai d’aquéli pèço d’un tiatre qu’apassiounavo li prouvençau dóu siècle 19en !

 

Mai, m’anas dire, de que parlas dóu « tiatre prouvençau poupulàri à sucès dóu siècle 19en » ? e perqué i’apoundre « lou tiatre de Prouvènço marino » ? Jujas un pau : un bon proun de nòstis autour prouvençau venien dis endré tras-qu’urban de Var e de Bouco-de-Rose, de Touloun e de Marsiho !

 

Faren pas d’alòngui : pamens, pèr fin de parla d’aquéu tiatre dóu siècle 19en, avèn de se clina sus d’obro de la fin dóu 18en que, quàsi jusco fin bout dóu siècle d’après faguèron flòri.

 

Vaqui perqué lou marsihés Jaque Caillol faguè jouga Lei Doues Coumaire en 1775. Soun fiéu l’estigancè, e tournèron-publica l’obro, à Marsiho, en 1832 (l’èro estado en Avignoun, en 1821). Dóu meme Caillol, n’estampèron Moussu Jus qu’en 1823.

 

Lou proumié cop que dounèron Manicle vo lou groulié bel esprit, l’obro d’Estève Pelabon (1745-1808), machinisto au Grand Théâtre, es à Touloun, en 1789 : gros sucès tout lou siècle 19 ! Estève Pelabon n’en faguè d’àutri ! D’entre éli, uno obro d’atualita … en 1793 : Lou sans-culotto à Niço.

 

Soun fiéu, Louis Pelabon, escriguè Tranchet et Cristino (1835), Magaou et Canoro (1836), Victor et Madaloun (1837).

 

Emai à Touloun, en 1804, l’abat Thobert publiquè Meste Mauchuan e, en 1825, Gaston et Fresquiere ou la co de l’ase.

 

Meme endré, en 1833 : de Benoni espeliguè Patroun praire.

 

Pèr quand au Carvin de Marsiho, es en 1809 que n’en jouguèron e publiquèron la proumiero pèço, Meste Barna, marchant de vin ei Grand Carme. Em’enca, en mars de 1816, au Grand Tiatre, moustrèron Jean dé Cassis oou Martégué e, en 1827, mountèron Lou barbié Rasefin, en 1830, i’aguè Misè Galineto e lou revenant vo lou mariagi de Rasefin. Em’enca de Carvin, en 1834, Au prix fixe vo Scarpin courdounié deis damos.

 

En 1832 espeliguè… Moussu Canulo, proumiero pèço prouvençalo dóu Pèire Bellot de Marsiho… o s’acò vous agrado miéus, d’Alau. E, ma fisto, em’éu, n’en veiren bèn d’autre dins lou meme biais ! Es enca, Pèire Bellot, qu’apoundra de tros de vido prouvençalo au Monsieur de Pourceaugnac, coumèdi-balet bèn couneigudo de Molière ! Aquelo obro d’aqui, pèr lou proumié cop, la jouguèron en 1832, au « Théâtre du Gymnase » à Marsiho. Sus lou meme pountin e dóu meme Bellot, creèron Les deux magots en 1841, Les bouquetières en 1843, Les trois mariages lou 16 de mars de 1843, Les pêcheurs catalans lou 20 d’abriéu de 1847. Es en 1851 que Bellot coungreiè SA Pastouralo !

 

Gustave Benedit, l’autour de Chichois, n’en levè uno pèço pèr lou tiatre : La police correctionnelle. N’en dounèron la proumiero lou dimècre 9 d’abriéu de 1842 au « Théâtre du Gymnase ».

 

À Marsiho, la touto proumiero Pastouralo, la que ié meteguèron e que ié dison toujour la Maurel, fuguè pas jougado, coume d’ùni l’escriguèron, en 1844, mai, de-bon, en 1842. N’en vole pèr provo l’article de la Gazette du Midi que, lou 20 de janvié de 1843 atèsto d’aquelo representacioun pèr Nouvè de 1842. Que sié dins aquest article, que sié dins lou de la Gazette du Midi dóu 13 de janvié de 1844, an jamai parla, en liò, d’Antòni Maurel mai rèn que de l’abat Julien, soun vertadier autour, que, dins lou quartié de La Plano, carriero Nau, menavo uno obro pèr lis oubrié.

 

Vuei coume aièr, la Pastouralo Maurel-Julien fai toujour mirando.

 

Couneissès lou Tiatre Chichois ? Aquéu d’aqui, lou devèn à Jan-Batiste Louis Dray, un nascu à Marsiho, en 1820. Que sié ‘mé lis obro siéuno o li pèço deja couneigudo pèr lou publi, menara, dins Touloun e soun relarg emai un pau d’en pertout en Prouvènço, un tiatre barrulaire de plen èr, à la bello sesoun. N’èro quàsi à l’artimo quouro istalè soun Tiatre Chichois à Marsiho, salo de l’Eldorado, à La Plano Sant Michèu (que vuei, nous-autre, ié dison gaire que La Plano).

 

En 1847, Francés Arnaud de l’Athénée Ouvrier de Marsiho faguè jouga, au Grand Théâtre, Leis intrigos d’un amatour. Toujour à Marsiho, Jùli Lejourdan mostrè, en 1855, Leis malhurs d’un gardi d’ooutroi.

 

Pèr miéus espandi lou tiatre prouvençau, en 1877, Féli Galseran mountè uno assouciacioun, la Coumèdi Prouvençalo.

En 1891, au tiatre de St Enri, à Marsiho, ié baiè uno coumèdi, Lou caratère de Bernat.

 

Em’enca, m’anas dire, de que i’a dins aquéu tiatre de Prouvènço marino ? Proumié, l’aurés coumpres, la lengo prouvençalo. Es elo que s’atrobo dins tóuti li pèço. De cop que i’a, aquelo lengo prouvençalo se mascaro d’un francés que coundano li que soun pas dóu terraire, o li qu’an trahi sa lengo.

 

Mèfi ! Aquesto lengo, es la dóu pople, que soun tiatre eisistè bèn avans que Mistral aguèsse agu crea la lengo literàri de si cap d’obro. N’en vole pèr provo Mirèio que noun pareiguè qu’en 1859. Dins lou tiatre de Prouvènço marino, enjusco la fin dóu siècle 19en, jamai lou prouvençau literàri de Mistral noun pousquè leva de cassolo lou prouvençau poupulàri.

 

I’a, pièi, quaucarèn autre : la coumèdi pourcassiero coume la Pastouralo dicho Maurel mostron d’ome, de femo – prouvençau – que sèmblon soun publi. Es qu’i regardadou d’aquéu tiatre de Prouvènço marino, i’agrado de vèire sus lou pountin la peissouniero o lou pegot, l’ami o lou vesin ! Rèn que d’amatour ! Aqui se ié rescontron de prouvençau de la bono traco, de que parlon sa lengo, autambèn sus lou pountin – emé lis atour que, de-longo, li couidejon – coume dins la salo.

 

Pamens, anés pas crèire qu’aquéu tiatre de Prouvènço marino noun aguèsse agu de sucès que dins lou mitan poupulàri de Touloun e de Marsiho.

 

Segur que, jougado pèr d’amatour dins lou plus pichot chambroun trasfourma en salo de representacioun, li prouducioun gagnon tambèn li tiatre óuficiau que trèvon de prouvençau bèn mai argenta.

 

E meme se, dins nosto tiero, d’aquélis obro, n’en manco un bon proun, jouguèron un fube de pèço prouvençalo dins li salo li mai prestigiouso, la dóu Grand Théâtre de Marsiho coume aquelo dóu Théâtre du Gymnase. En mars de 1816, dounèron la premiero de l’obro de Carvin, Jean dé Cassis au Martégué, au Grand Théâtre de Marsiho. Pèire Bellot, asatadou de Monsieur de Pourceaugnac, lou presentè sus lou meme pountin, en 1835. Es enca Bellot que, pèr lou Théâtre du Gymnase, moustrè Le fils ingrat, Les deux magots, Les bouquetières, Les trois mariages, Les pêcheurs catalans. Pèr quand au Chichois ou la police correctionnelle de Benedit, lou jouguèron au Gymnase en 1842…

 

De tout acò, n’avèn proun parla. Mai quau vous a pas di que – regladamen – au Grand Théâtre d’Avignoun – dounèron Manicle e quant d’àutris obro prouvençalo ?

 

Frederi Mistral éu-meme n’en temóunio (chapitre 6 de Memòri e Raconte) : dins lis annado 40, en Avignoun, l’ouncle Benòni l’avié mena vèire Manicle : « Èro la proumiero fes que iéu anave au tiatre, e l’estello vouguè que jouguèsson aquéu jour uno coumèdi prouvençalo. »

 

Adounc, vaqui un tiatre que s’espandis dins Prouvènço touto. Mai lou pichot Frederi, de que n’en dis mai ? « Mai mi tanto trouvèron que Maniclo, à Maiano, se jougavo forço miés. Car d’aquéu tèms, dins nòsti vilage, l’ivèr, s’ourganisavo de representacioun […] Se jougavo tambèn l’Avoucat Pathelin revira ‘n prouvençau e divèrsi coumèdi dóu repertòri marsihés, talo que Moussu Just, Fresquiero o la co de l’ai, Lou groulié bèl esprit e Misè Galineto. »

 

Em’enca, Mistral avodo qu’avié dès-e-sèt an, adounc en 1847, quouro jouguè, à Maiano, dins Misè Galineto dóu marsihés Carvin e dins La co de l’ai dóu toulounen Thobert.

 

N’avèn, d’àutri marco à prepaus de l’espandimen geougrafi d’aquéu tiatre d’aqui. Basto de legi la pajo de gardo de la pèço de Michèu de Truchet, La pastressou vo leis escoufestres : se pòu croumpa autambèn à z’Ais, qu’à Marsiho e Touloun coume en Arle, à Nime vo Mount-pelié.

 

Tè, n’en counèisse uno, de provo di mai revelarello : s’atrobo dins… lis empache amenistratiéu : limitacioun, restricioun que, pèr eisèmple, enebisson de jouga la Pastouralo Maurel sènso n’agué l’autourisacioun. Elo, que se jogo un pau d’en pertout, elo qu’a tant de sucès, lèvo de dardèno i tiatre óuficiau. Alor, lou municipe e lou prefèt se n’en mesclon… e chausisson li dato de representacioun : pas avans lou 25 de desèmbre e pas après lou 2 de febrié. Es ansin que, pèr l’an 1854, dins lou doursié de pouliço M6 1037, M. Villard, cap-archivisto di Bouco-de-Rose, destousquè ‘queste courrié dóu conse que demandavo de pas n’en trespassa li dato de representacioun.

 

Alor, de que dire d’aquéu tiatre en prouvençau de Prouvènço marino au siècle 19en ? Ço que n’avèn de dire se pòu resumi en tres poun : a couneigu un gros sucès, qu’a touca touto meno de gènt, li qu’an ni coco ni moco coume li gros richas, vengu de – quàsi – Prouvènço touto.

 

E pamens, (à despart de la Maurel e d’un fube d’àutri pastouralo que se donon toujour emé bonur) d’aquéu tiatre de Prouvènço marino qu’aguè tant de sucès au siècle 19en, se n’en parlo plus gaire… Perqué ?

JAN DIONIS

___________________________________________________________________

LOU TIATRE DE TEOUDOR AUBANEL

LOU TIATRE D’AUBANEL

UN DRAME ROUMANTI PÈR LA FORMO

MAI UN FOUNS « RACINIEN »

 

Bèus ami, vuei, vous vole parla dóu tiatre d’Aubanel pèr dos bòni resoun : d’un las, es que, pèr aquéu 6en coulòqui d’Avignoun sus lou tiatre prouvençau, me siéu di de noun pas óublida ‘quest escrivan en lengo prouvençalo – un escrivan d’elèi – mau-grat uno obro  proun courteto, que s’arrèsto i tres pèço Lou Pan dóu Pecat, Lou Raubatòri, Lou Pastre ; d’un autre las, me siéu estrassado dóu rire en legissènt, à prepaus dóu tiatre d’Aubanel, quaucarèn que devèn à dous analisto farcejaire… que, bono crestiano, vous n’escoundrai lou noum. Vaqui : « Auteur de drames dont Lou Pan dóu Pecat est le plus connu et sans doute le plus admiré, Aubanel aurait été toute sa vie obsédé par le drame de l’amour et du sexe. »

 

Se s’acountentan de mira, à flour d’aigo, caduno de sis tres obro, se chifran pas sus ço que, verai, volon dire, segur que ié veiren que sèisse, sang e amour. Iéu, aquéstis obro, lis ai vougu cava founs. E n’en vaqui la resulto en dos partido : 1° Quau fuguè Teoudor Aubanel e perqué parla de soun obro tiatralo coume d’un drame roumanti pèr la formo. 2° N’en levaren pièi lou founs « racinien ».

 

1° Aubanel e soun tiatre : lou drame roumanti

 

Teoudor Aubanel nasquè lou 26 de mars de 1829 dins uno richasso famiho avignounenco dóu pessu. Es lou 4en pichot de Laurèns Aubanel, libraire, « Estampaire de l’Archevesque d’Avignoun » e « Soulet Estampaire de sa Santeta » lou Papo. S’agis d’uno famiho dóu catoulicisme rigourous e austère. Estùdio dins un establimen di Paire de la Retrèto à z’Ais que la faculta de Letro eisisto panca. Travaio, pièi, dins l’estamparié famihalo.

 

En 1851, au castèu de Font-Segugno, ié rescountrè uno jouvènto d’un mitan moudèste, Jenny Manivet (Zani). Se sarien parla mai, en 1854, estènt que se marido pas un riche droulas à-n’uno chato sènso dardèno, elo s’embarrè dins un couvènt e faguè Fiho de Carita. D’aquelo peno d’amour aurié ‘speli lou Libre de l’Amour, proumiero partido de la Mióugrano entre-duberto. N’en vaqui uno, de peno, que, belèu, aurié tout d’uno peno literàri. Ço qu’esplicarié que, tre 1861, Teoudor Aubanel maridè Fino Mazen… que n’èro tras-qu’amourous.

 

Lis amour de Zani, sis impoussìblis espousaio, sa fugido au couvènt : vaqui ço qu’aurié pouscu ispira la fin d’uno dis obro tiatralo d’Aubanel : Lou Raubatòri.

 

I tres pèço, i tres drame escri pèr Aubanel, ié dison Lou Pan dóu Pecat, qu’espeliguè en 1853 mai noun pareiguè dins uno edicioun privado, foro negòci, qu’en 1883. N’i’aguè pièi dous autre, pareigu, éli, après la mort de soun autour (après 1886) : Lou Raubatòri e Lou Pastre.

 

Pèr coumprene lou tiatre d’Aubanel, lou fau pas « tourna-vesita » d’un biais anacrouni, emé li carnavello d’un ome, d’uno femo dóu siècle 21. Avèn d’enrega li piado d’Aubanel, un ome de soun tèms, un ome de soun mitan. Nasquè en 1829 dins la richo bourgesié avignounenco. Erian d’un tèms qu’adeja, lou drame roumanti èro esta teourisa pèr Vitour Hugo, dins la préface de Cromwell (1827). Hernani (1830), Ruy Blas (1838) e quant d’àutri cap d’obro l’avien ilustra, aquéu drame roumanti ! Quand Teoudor Aubanel creè soun tiatre, l’estetico dóu drame roumanti segnourejavo sus la scèno franceso.

 

Vaqui, en resumit, li tres pèço d’Aubanel :

 

Lou Pan dóu Pecat : Faneto, mouié d’un gros prouprietàri de mas en païs arlaten, Malandran, maire de tres pichot, s’amourousis de Veranet, menaire de chivau, vengu pèr li cauco. Lou pivello e s’enfugis em’éu. Tres jour après, Malandran li trobo dins uno aubergo. Lis atrobo qu’èron entaula, li tuo pas mai aganto soun repas, s’entorno à soun mas. Engorgo pièi li tres enfant em’aquéu « pan dóu pecat », dóu tèms que li renego pèr li siéu pichot. Faneto s’entorno au mas, peginouso pèr l’encauso de sis enfant e se lèvo la vido em’un coutèu en pregant : « E perqué li puni, quand souleto ai peca ? » Malandran coumando i varlet de cava, pèr Faneto, dins la prouprieta, un cros sènso crous, sènso rèn pèr n’en marca l’endré. Que res n’en counèisse lou liò, foro li verme.

 

Lou Raubatòri : Lou jour de soun maridage, de caraco paga pèr Barban, soun demandaire enmanda, raubon Cardelino, uno jouino tarascounenco fiançado à-n’Estève, La mènon dins li Pirenèu. Cardelino refuso Barban que se vòu revenja contro Rouquerol, lou paire de la jouvènto : uno ahiranço famihalo eisisto entre lis dous ome. Sus un Crist, Barban fai jura à Cardelino que s’embarrara dins un couvènt se ié sauvo la vido. Estève, lou nòvi, destousco e tuo Barban. Mai aquéu Barban d’aqui es, tambèn, un fiéu de Rouquerol. D’efèt Rouquerol avié fourça la maire de Barban. Cardelino respetara soun vot : s’embarro dins un couvènt : dèu óubeïssènço à Diéu.

 

Lou Pastre : Melano e Fabresso, dos ourfelino, rèston emé sa grand, dins un vilage de l’uba de la Mountagno de Luro. Un pastre sóuvage, Cabrau, ié raubo e ié forço Melano. Elo,s’enfugis, s’assousto encò de Fabresso. Furious de pas trouba Melano Cabrau aganto Fabresso pèr la tirassa dins soun trau mountagnous. Pèr escapa à-n’uno puto-fin, Fabresso se lèvo la vido en rousigant uno planto verinouso.

 

Dóu drame roumanti, dins sa préface de Cromwell, Vitour Hugo n’escriguè : « Le sublime sur le sublime produit malaisément un contraste, et l’on a besoin de se reposer de tout, même du beau. Il semble au contraire que le grotesque soit un temps d’arrêt, un terme de comparaison, un point de départ d’où l’on s’élève vers le beau »… valènt-à-dire qu’aquéu drame mesclo lou croutesc au subre-bèu, lou cors à l’amo e la bèsti à l’esperit.

 

S’escapo i sempiternàlis unita de tèms emai de liò pèr n’en garda que l’unita d’acioun, lou drame roumanti, obro en vers, n’en lèvo « en aucune façon les actions secondaires sur lesquelles doit s’appuyer l’action principale » : « [D]ans le cœur même de l’œuvre », un drame roumanti retrais lou pintouresc d’un endré…

 

Lou tiatre aubanelen se plego i coumandamen de la préface de Cromwell : aqui, ges d’unita de tèms, ges d’unita de liò ! En vers aleissandrin, pinto lis ome de Prouvènço dins sa vido-vidanto.

 

2° Lou tiatre d’Aubanel : un founs « racinien » ?

 

Lou mèstre dóu tiatre classi, Jan Racine, amagestrè uno obro poulisemico : vous baio autambèn la leiçoun d’istòri coume la de sicoulougìo, li referènci à la mitoulougìo grecò-latino coume à la Biblo.

 

Tres de sis obro, Phèdre, Esther, Athalie m’an pareigu l’alfa e l’omega dóu testamen espirituau « racinien » : coume n’en temóunio la prefàci de Phèdre, tènon dóu religious. D’elo, Racine n’escriéu : « ce que je puis assurer, c’est que je n’en ai point fait où la vertu soit plus mise en jour que dans celle-ci. Les moindres fautes y sont sévèrement punies ; la seule pensée du crime y est regardée avec autant d’horreur que le crime même ; les faiblesses de l’amour y passent pour de vraies faiblesses ; les passions n’y sont présentées aux yeux que pour montrer tout le désordre dont elles sont cause ; et le vice y est peint partout avec des couleurs qui en font connaître et haïr la difformité. »

 

E, coume un entoumoulougisto, me cline vers moun escapouloun – l’ome, Jan Racine (1639-1699). N’en vole counèisse la vido. L’enfant, l’ome fuguèron marca pèr lou jansenisme de Port Royal : l’uno di siéu tanto e la maire de Jan Racine se dounèron au mounastèri de Port Royal. Éu-meme estudiè souto li mèstre jansenisto. Un tèms, s’alunchè d’éli : faguè l’autour de tiatre. Dins qu’un tron, vers éli s’entournè ‘mé Phèdre. Sis ami jansenisto de Port Royal saludèron Phèdre. N’avien coumpres la toco religiouso coume lou simbole : Phèdre, la pecairis regretouso. Se counèis fautiblo de soun refoulun amourous pèr soun fihastre, autant fautiblo coume s’avié fauta. Pecadouiro, pèr fin d’espïa, se lèvo la vido.

 

Voulountous, Racine s’entorno vers lou jansenisme. Dóu tiatre, n’en vòu faire un moudèle de vertu : « ce serait peut-être un moyen de réconcilier la tragédie avec quantité de personnes célèbres par leur piété et par leur doctrine. »

 

L’avèn touca dóu det : lou tiatre d’Aubanel, coume lou de Racine tèn dóu jansenisme. À la grosso, poudèn nouta ço que fai l’especificeta qu’aquelo meno estrèmo de catoulicisme.

 

Marca pèr lis idèio de Sant-Agustin, lou jansenisme s’apielo sus la grosso fauto dóu pecat óuriginau.

 

À l’ome fautible dóu pecat óuriginau, ié fau mai de gràci que ço qu’à la debuto, èro esta douna à-n’Adam. Pèr li jansenisto, s’agis d’uno gràci d’à gràtis : vèn de Diéu que pas rèn ni res lou pòu enfluï. S’agis pièi d’uno gràci eficaço, que n’en resulto toujour quaucarèn (quouro la dóutrino jesuïsto, elo, i’óupauso uno gràci sufisènto pèr que, liéure, l’ome posque chausi : peca o noun peca).

 

De la premiero obro tiatralo d’Aubanel, basto de n’en legi lou titre, Lou Pan dóu Pecat, pèr s’entrauca dins l’univers jansenisto « racinien » de Phèdre. Vaqui la referènci (d’ùni ié dirien l’intertestualita) au Libre de la Genèsi (III, 19) : « À la sueur de ton front tu mangeras du pain jusqu’à ce que tu retournes au sol car c’est de lui que tu as été pris. Oui, tu es poussière et à la poussière tu retourneras. » Vaqui coume, dins la Biblo, Diéu coundano Adam lou pecadou e si fiéu, à travaia durant li secula… ço qu’esplicarié la chausido d’aquéu titre, Lou Pan dóu Pecat. Un pan dóu pecat que, pèr li jansenisto, óubligo uno gràci ounnipoutènto de Diéu.

 

La fourmulo Pan dóu Pecat, Aubanel l’emplego mai dins la sceno 4 de l’ate 5. Malandran gavo si pichot emé la mangiho de la maire fautiblo e de soun amant : « Pàuri marrit, trissas lou pan de soun pecat ; » Quouro Faneto s’entorno au siéu, quouro vèi sis enfant en trin de manja ‘quéu repas, ié crido : « Mangés pas ! mangés pas ! qu’aquéu pan empouisouno ! »

 

Es que, dins la varianto jansenisto dóu catoulicisme, se peco lou Fiéu de l’Ome, n’es pas rèn que fauto de gràci divino. Sèns aquelo gràci eficaço, es tout lou malan de Diéu qu’escracho l’ome sènso que posque i’escapa.

 

À la despartido de Phèdre, la pecadouiro racinenco, fautiblo pèr la pensado, se counfrounto la malo-mort de la Faneto d’Aubanel. Avèn de nouta que, se se sèmblon proun, se partisson sus un poun maje.

 

Se sèmblon ? m’anas dire. Li dos pecairis se lèvon la vido – pouisoun pèr Phèdre, coutèu pèr Faneto – mai la premiero clamo :

 

J’ai voulu, devant vous exposant mes remords,

Par un chemin plus lent descendre chez les morts.

Et la mort, à mes yeux dérobant la clarté,

Rend au jour qu’ils souillaient toute sa pureté

 

quouro l’autro, la Faneto dóu malastre, mor sènso se n’en penti : Malandran, soun espous, l’avié pas vougu tua :

 

Es à Diéu de baia la vido o bèn la mort ;

 

Pèr elo, pas ges de sepóuturo, pas ges de crous, pas ges de signe pèr n’en marca lou cros. Voulounta de Malandran :

 

Morto coume un dana, coume un chin enterrado ;

Ah ! lou pan dóu pecat es amar, cambarado !

 

Vaqui : Phèdre a la gràci de mouri, regretouso de soun pecat, quouro Faneto mor, pecadouiro, coume un dana.

 

La tematico jansenisto de la gràci eficaço (ounnipoutènto) s’atrobo pièi emé Cardelino, erouïno dóu Raubatòri, la segoundo pèço d’Aubanel. Quouro soun nòvi, Estève, après quant d’evenimen ! ié dis que Diéu ié dèu forço bonur, Cardelino ié repico :

 

Diéu dèu rèn en degun,

Mai nàutri avèn besoun sèns relais de sa gràci,

De sa misericòrdi.

 

Aquelo gràci d’aqui, la Cardelino d’Aubanel l’espremis, de-bon, coume uno jansenisto : s’amerito pas, es un presènt de Diéu, d’à gràtis. Sèns Éu, ges de sauvamen.

 

La tresenco pèço d’Aubanel, Lou Pastre, ilustro la gràci divino de dos sorre.

 

Melano, fourçado tres jour à-de-rèng pèr Cabrau, lou pastre ferouge, i’escapo. S’entorno vers sa sorre. Aqui, d’à ginoun, gramacìo Diéu de l’agué sauvado e remandado au siéu :

 

Moun Diéu, noun sai coume vous dire / Gramaci

 

Fabresso, sorre de Melano, raubado pièi pèr lou Cabrau prego Diéu :

 

O Segnour, se poudiéu mouri, mai mouri vierge !…

 

Gramaci Diéu, quouro, assabentado pèr Cabrau éu-meme, Fabresso se pòu deliéura de la vido en rousigant l’estranglo-loup, que « tuo tout, ome e toro » prego Diéu :

 

Segnour, avès pieta de iéu,

Car me baias l’engen pèr mouri.

Benurouso mort qu’a rèn d’un pecat bord que :

Perdounas-me !… Vous que m’avès baia la vido,

Pèr vous meme, moun Diéu, que noun me la garas ?

Fugissènt dins la mort, fugisse en vòsti bras ;

[…]

Eh ! bèn, more, o moun cors, lou fau, mai ; o moun amo,

Casto retourno à Diéu, emé ta puro flamo !

 

Legèire, mis ami, dóu tiatre d’Aubanel, avèn destria aquéli que, touca pèr la gràci divino – Cardelino, Melano, Fabresso – persounificon lou Bèn. À-n’éli, poudrien apoundre Malandran, lou qu’à Diéu leissè lou punimen de la femo infidèlo. Au contro, maudi sié qu’a pas reçaupu la gràci divino : Faneto, Barban e li caraco. Pèr quand à Cabrau, lou pastre, represènto pas lou Mau. ES lou Mau. Bèn e Mau mescla dins la memo obro. Aqueste counfrount es, pièi, counforme i règlo dóu drame roumanti tau coume es publica dins la préface de Cromwell. Hugo ié prescriéu la mescladisso lou croutesc, lou Mau au Bèn, au sublime.

 

Vaqui perqué lou founs jansenisto de Phèdre s’apàrio au drame roumanti d’Aubanel. Oh ! D’aquel Aubanel ! Quet dramatisto d’elèi !

 

Sabe proun, Legèire, ço que me poudès remanda : segur que lou founs jansenisto dóu tiatre aubanelen a quaucarèn de la Phèdre racinenco. Em’enca, aqui dedins, i’aurié-ti pas quaucarèn de la vido, dis idèio d’Aubanel éu-meme ?

 

Osco ! Acò’s proun verai pèr n’en faire un autre estùdi. Couleita li temouniage avignounen, despueia la courrespoundènci siéuno, basto ! s’entrauca dins la vido d’Aubanel. Es que lou jansenisme s’avaliguè pas emé lou siècle 17 : au tèms d’Aubanel, s’esperlounguè dins uno meno de galicanisme.

 

Mai acò’s de figo d’uno autro banasto que n’en tournarai-parla dins quauque coulòqui avignounen venènt.

 

Alor, vous countarai coume, pèr l’encauso de sis idèio poulitico, religiouso e prouvençalo, fuguè reçaupu lou tiatre d’Aubanel autambèn dins li mitan prouvençalisant coume dins li mitan catouli em’ultramountan.

OUDILO DELMAS

________________________________________________________________________________________________________